Dans un documentaire diffusé sur La Chaîne Parlementaire, un ex-conseiller de François Hollande tacle Emmanuel Macron, auteur d’une sortie polémique lors de ses débuts au ministère de l’Economie en 2014.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

  2. François Hollande

Première grande interview, et première grosse polémique. A peine nommé à Bercy, à la rentrée 2014, Emmanuel Macron suscite la controverse au micro d’Europe 1 : en évoquant les salariées de l’abattoir Gad, alors victimes d’un plan social, il les qualifie de majoritairement “illettrées. Parler vrai, maladresse ou mépris de classe ? Pour Bernard Poignant, conseiller de François Hollande durant son quinquennat, c’est en tout cas une “erreur de jeunesse”, comme il l’analyse dans le documentaire Petites phrases, grands conséquences (LCP) diffusé le 15 février.

Un vieux de la vieille en politique n’aurait pas parlé comme ça, assure l’ex-maire de Quimper. Il aurait dit : “Dans cette entreprise, avec des personnes attachées à leur travail, et qui le font avec un grand professionnalisme, il y a en un certain nombre pour qui il faudrait une formation complémentaire de ceci ou cela”. Le mot donne le sentiment qu’il traite une entreprise d’illettrée. Donc ça lui revient dans la gueule, quoi“, juge-t-il aujourd’hui.

Les excuses du futur président

Comme lui a demandé Marilyse Lebranchu, l’ex-ministre de la Décentralisation qui témoigne également dans le documentaire, Emmanuel Macron va toutefois faire un mea culpa. A l’Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement, le tout jeune ministre prend la parole pour présenter “ses excuses les plus plates” aux salariés “blessés à travers ces propos”. Je ne m’en excuserai jamais assez”, insiste-t-il alors. Même si c’est déjà trop tard : la polémique est entrée dans l’histoire des petites phrases.

Crédits photos : Raphaël Lafargue / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet