Mercredi 21 juillet 2021, Robin Williams aurait dû fêter ses 70 ans. Sept ans après son suicide qui a choqué le monde, le fils du légendaire acteur Zak a fait d’étonnantes révélations sur une erreur de diagnostic qui a entraîné son profond mal-être puis sa mort, dans le podcast The Genius Life.

  • Robin Williams

Le 11 août 2014, le monde apprend une triste nouvelle : le grand monsieur du cinéma américain Robin Williams, connu pour son humour sans faille et ses rôles qui ont marqué l’histoire du septième art, est retrouvé sans vie dans sa maison de Californie. En proie à une profonde dépression, le comédien de 63 ans a mis fin à ses jours par pendaison. Une réalité toujours difficile à accepter pour ses enfants Zachary (Zak), Zelda et Cody. L’aîné, aujourd’hui âgé de 38 ans, racontait en juillet 2019 son impuissance face à la descente aux enfers de son père : “C’était déchirant parce qu’il sortait toujours et voulait faire rire tout le monde. Et pendant qu’il souffrait et se débattait, il sortait toujours et travaillait. Et il y avait des moments où je ressentais un sentiment d’impuissance, je ne savais pas ce que je pouvais faire” expliquait-il.

“Il ne se sentait pas bien. Il était très mal à l’aise”

Mercredi 21 juillet 2021, Robin Williams aurait dû fêter avec ses proches son 70e anniversaire, tout en lisant les messages de ses innombrables fans. Pourtant, il n’en est rien. Zak a profité de cette occasion pour revenir une nouvelle fois sur les dernières années de son père, et expliquer dans le podcast The Genius Life qu’il avait notamment été victime d’une erreur de diagnostic. Alors qu’il pensait souffrir des prémices de la maladie de Parkinson, il était en réalité atteint d’un syndrome un peu différent, la démence à corps de Lewy. “Ce qu’il traversait ne correspondait pas à ce que de nombreux patients ont lorsqu’ils sont atteints de la maladie de Parkinson. Donc, je pense que c’était difficile pour lui” explique Zak.

“Il y avait des problèmes liés à ce qu’il ressentait et aussi d’un point de vue neurologique, il ne se sentait pas bien. Il était très mal à l’aise” ajoute-t-il. Selon lui, ce faux diagnostic a engendré non seulement une grande dépression chez son père déjà fragile depuis de nombreuses années, mais aussi une prise de médicaments non adaptés qui l’a précipité vers l’irréparable. Le drame aurait-il pu être évité ?

Source: Lire L’Article Complet