Pour son livre, “Tant qu’on est tous les deux”, Gaël Tchakaloff a rencontré de nombreux proches et moins proches du couple Macron. Parmi ses interlocuteurs, un mystérieux “Quelqu’un”, qui critique très vivement le chef de l’État, derrière lequel on pourrait reconnaître François Hollande.

Elle tait son nom, mais on le devine tout de même. Dans son livre “Tant qu’on est tous les deux“, Gaël Tchakaloff dévoile des mots très durs envers Emmanuel Macron, que l’on devine être ceux de François Hollande. Par pudeur, pour protéger sa source, l’autrice a donné à son interlocuteur le nom de code de “Quelqu’un“. Mais qui pourrait être si brutal avec le chef de l’État, si ce n’est son ancien mentor ? Pour ce “quelqu’un“, Emmanuel Macron est en effet une illusion politique, qui n’a aucune existence concrète, aucun ancrage : “Politiquement, [Emmanuel] n’est rien, il saupoudre une pincée de chaque couleur politique selon les jours, dans un savant dosage. Il ne croit en rien, il n’a aucune conviction.“, assène-t-il froidement.

Mais ce n’est pas seulement le manque d’assises politique, ou même de valeurs que l’ancien locataire de l’Élysée attaque, mais aussi la pensée de son successeur, qui se revendique “complexe“, et qui aime rappeler son attachement à la culture. Sous la plume de Gaël Tchakaloff, ce mystérieux détracteur reconnaît qu’il est un individu brillant, sans non plus lui concéder une image intello : “S’il est très intelligent, ce n’est pas pour autant un intellectuel, il est plus Patrick Bruel et Eddy Mitchell que le Panthéon. […] Il n’est pas très cultivé, il a une culture populaire.” Emmanuel Macron a en effet confié à plusieurs reprises être fan de variété française, ou même de Johnny Hallyday.

Les Macron “n’ont rien à faire de l’amitié”

Même le couple formé par Emmanuel et Brigitte Macron ne trouve pas grâce aux yeux du mentor déchu. “Ils n’ont rien à faire de l’amitié, ils se sont construits sur les réseaux. Ils ne doivent rien à personne, ils ne s’attachent à personne“, estime-t-il. Car il l’a appris à ses dépens, les Macron ne seraient fidèles qu’à eux-mêmes, mais doués pour faire croire le contraire : “Ils sont leur racine réciproque, ils ont tout quitté pour l’autre, coupant avec leur famille de part et d’autre. […] Le problème c’est qu’ils font croire à l’affectivité, à l’amitié sincère […].” Derrière les jugements secs, il y a également l’amertume de l’amitié trahie, donnée sans retenue à celui qu’il considérait comme un fils politique.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet