Deux associations tapent du poing sur la table et demandent au tribunal de bloquer l’accès à de nombreux sites pornographiques en France. On vous explique pourquoi. 

Courant juillet, deux associations de protection de l’enfance, e-enfance et la Voix de l’enfant, ont assigné en justice six opérateurs télécoms devant le tribunal judiciaire de Paris. Selon elles, l’accès à certaines plateformes pornographiques est bien trop facile pour les mineurs. Les associations demandent à SFR, Orange, Bouygues Télécom, Free, Colt technologies service et Outremer télécom de bloquer l’accès à PornHub, Tukif, XNXX, xHamster, xvideos, Redtube ou encore YouPorn en France. En effet, le code pénal interdit de laisser accessibles ces sites aux jeunes Français, et la loi sur les violences conjugales en 2020 a souligné que demander à un internaute s’il est majeur ne suffit pas à dispenser la société de ses responsabilités, a expliqué Me Bayon l’avocat des associations.

“Les associations e-Enfance et la Voix de l’enfant viennent d’assigner l’ensemble des principaux fournisseurs d’accès. Elles réclament le blocage de plusieurs sites X dont PornHub, Tukif, XNXX, xHamster, xvideos et YouPorn, qu’elles jugent trop accessibles aux mineurs.” https://t.co/AoiNfQpbtd

“Nous appliquerons la décision de justice et fermerons ces sites au plus vite si la justice nous le demande”, a expliqué Orange. Toutefois, de vraies solutions existent pour interdire l’accès à ces sites. En effet, des éditeurs de contenus pornographiques ont développé des techniques : analyse du visage, envoi d’un sms ou encore le système “My18pass” qui fonctionne avec un identifiant de carte bancaire. Si les sites pornographiques posent de nombreux problèmes, comme dernièrement lorsque 34 femmes ont porté plainte contre Pornhub, l’accès des mineurs à ces sites inquiète beaucoup. En 2018, une enquête d’Opinion way révélait qu’un enfant français de 12 ans sur trois assurait avoir déjà été exposé à de la pornographie en ligne. En 2017, 63 % des adolescents de 13 à 17 ans se seraient déjà rendus sur un site porno. Il se pourrait donc que ces chiffres soient vus à la baisse jeudi selon la décision du tribunal de grande instance de Paris.

Source: Lire L’Article Complet