Si les effets indésirables du sérum anti-Covid AstraZeneca ont été particulièrement mis en lumière après sa suspension, tous les vaccins peuvent être associés à des effets indésirables. Quels sont ceux recensés pour le sérum Pfizer/BioNtech ? On fait le point.

Restez informée

Un quatrième sérum viendra bientôt rejoindre l’arsenal vaccinal anti-Covid : le sérum unidose Janssen du laboratoire de Johnson & Johnson. Mais pour l’heure, trois vaccins contre la Covid-19 sont disponibles en France : le Pfizer/BioNtech, le Moderna et l’AstraZeneca.

Au mois de mars dernier, le vaccin AstraZeneca a été suspendu dans plusieurs pays européens après des cas graves de caillots sanguins. La France avait également pris cette décision par principe de précaution, mais avait à nouveau autorisé ce sérum après l’avis favorable de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Cette brève suspension avait cependant entaché la confiance de la population dans ce sérum : 61% des Français avaient affirmé être méfiants à l’égard de l’AstraZeneca, d’après un sondage YouGov révélé le 22 mars dernier. “Mes patients de plus de 55 ans qui étaient d’accord pour être vaccinés avec de l’AstraZeneca ne le sont plus et ne veulent plus que du Pfizer ou du Moderna”, expliquait par exemple au Parisien Anne Ferdinand, médecin généraliste à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Quels sont les effets indésirables du vaccin Pfizer ?

A l’instar de n’importe quel vaccins, les différents sérums anti-Covid peuvent être associés à des effets secondaires. “Comme après toute vaccination, vous pouvez ne rien ressentir ou observer des effets secondaires, appelés ‘indésirables’ (…) Ces effets sont désagréables mais ils ne sont pas graves et disparaissent spontanément après quelques jours”, indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Quels sont ceux associés au vaccin Pfizer/BioNTech ? Dans une fiche à destination des professionnels de santé publiée en mars 2021, l’ANSM a listé les effets secondaires recensés dans le cadre des essais cliniques en fonction de leur fréquence :

Les effets indésirables très fréquents (≥1/10) :

  • réaction au site d’injection (douleur, gonflement au site d’injection)
  • fatigue
  • céphalées
  • myalgies
  • frissons
  • arthralgies
  • fièvre

Les effets indésirables fréquents (≥ 1/100 à

  • réaction au site d’injection (rougeur)
  • nausées

Les effets indésirables peu fréquents (≥ 1/1 000 à

  • douleur aux extrémités
  • lymphadénopathie
  • insomnies
  • malaise
  • prurit au site d’injection

Les effets indésirables rares (≥ 1/10 000 à

  • paralysie de Bell. “Quatre cas de paralysie faciale (paralysie de Bell) sur 22 000 personnes vaccinées dans les essais cliniques ont été rapportés dans les jours qui ont suivi la vaccination (de 3 à 48 jours). Dans la majorité des cas, la paralysie a disparu au bout d’une semaine spontanément ou sous traitement approprié”, peut-on lire dans ce document.

Vaccin Pfizer : 13.485 cas d’effets indésirables ont été déclarés

Plus la campagne de vaccination avance, plus les informations concernant les effets secondaires des sérums anti-Covid se densifient. Le 9 avril, l’ANSM a publié son douzième rapport de pharmacovigilance sur les effets indésirables rapportés avec le vaccin Pfizer/BioNTech. Réalisé avec les Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) de Bordeaux et de Marseille, ce document couvre les données validées du 26 mars au 1er avril 2021.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 13.485 cas d’effets indésirables ont été déclarés. Sur plus de 8.513.000 injections “la majorité des effets indésirables sont attendus et non graves”, peut-on lire dans ce document. Entre le 26 mars et le 1er avril, 77% des effets secondaires recensés étaient considérés comme non graves et 23% étaient considérés comme graves. Des effets indésirables graves dits “d’intérêt particulier” ont notamment été identifiés. Il s’agit de manifestations :

  • cardiaques (cardiomyopathie provoquée par le stress, insuffisance cardiaque, troubles du rythme cardiaque…) ;
  • cutanés (érythème polymorphe, lésions type engelures, vasculite…) ;
  • gastro-intestinaux (affections hépatiques aiguës) ;
  • hématologiques (AVC, embolie pulmonaire, thrombocytopénie…) ;
  • immunologiques (arthrite et diabète) ;
  • neurologiques (anosmie, convulsions généralisées, méningoencéphalite…) ;
  • rénaux (insuffisance rénale aiguë) ;
  • respiratoires (syndrome de détresse respiratoire aiguë) ;

L’ANSM a également listé les effets indésirables déjà observés et sous surveillance, à savoir :

  • des thrombopénies ;
  • des zonas ;
  • de l’hypertension artérielle ;
  • des troubles du rythme cardiaque ;
  • des complications diabétiques ;
  • des échecs vaccinaux ;
  • des syndromes de Guillain-Barré.

Ce dernier effet secondaire fait d’ailleurs partie des faits notables relevés par l’ANSM entre le 26 mars et le 1er avril, car deux nouveaux cas ont été recensés, portant à trois le nombre de personnes touchées par le syndrome de Guillain-Barré après l’injection. Si le sérum Pfizer/BioNTech ne semble pas être en cause pour deux de ces cas, “un rôle du vaccin ne peut être exclu” pour le dernier. “Ces évènements continueront à faire l’objet d’une surveillance spécifique dans les prochains rapports avec expertise neurologique par le CRPV référent”, indique l’ANSM.

Un cas de thrombose cérébrale fait également partie des faits notables relevés par l’ANSM. Cependant, il “présente un tableau clinique différent de ceux observés avec le vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca et ne montre pas, comme l’ensemble des événements thromboemboliques rapportés avec Comirnaty (le vaccin Pfizer/BioNTech, ndlr), de spécificité particulière en faveur d’un rôle du vaccin”, peut-on lire dans le rapport.

Ces effets secondaires ne remettent pas en cause la fiabilité du vaccin Pfizer/BioNTech. Tous les vaccins anti-Covid sont d’ailleurs “sûrs, efficaces et vous protégeront contre une maladie qui peut être vraiment dangereuse”, a rappelé sur Europe 1 ce 14 avril Steve Pascolo, chercheur immunologue à l’hôpital universitaire de Zurich (Suisse).

A lire aussi :

⋙ Vaccin AstraZeneca : quelles sont les dernières informations sur ses effets secondaires ?

⋙ Vaccin contre la Covid-19 : Pfizer annonce un efficacité de 100% chez les 12-15 ans

⋙ Vaccin AstraZeneca : pourquoi les moins de 55 ans vont devoir recevoir un vaccin à ARN messager pour la deuxième dose

Source: Lire L’Article Complet