Alors que les autorités sanitaires et le gouvernement restent vigilants, face au risque de recrudescence du Covid-19 à l’heure de la rentrée, il y a un autre virus qui inquiète à l’approche de l’automne : la grippe. Plusieurs spécialistes alertent déjà sur les risques d’une épidémie de grippe particulièrement virulente cette année, voici pourquoi.

Restez informée

Grâce à la vaccination des populations lancée depuis maintenant plusieurs mois et au maintien des gestes barrières, la dernière vague épidémique du Covid-19 en date semble être davantage maîtrisée, même si cette rentrée est placée sous le signe de la vigilance.

À l’approche de l’automne, il y a un autre virus, que l’on connaît bien, puisqu’en France et en Europe, il revient chaque année généralement entre les mois de novembre et avril, comme le précise Santé Publique France… Et cette infection respiratoire aiguë n’est autre que la grippe saisonnière, et les syndromes grippaux associés.

Si l’an dernier, les confinements, et les restrictions mises en place ont de fait, éviter une épidémie de grippe dite “classique”, cette année en revanche, l’épidémie pourrait être plus virulente, comme l’expliquent plusieurs spécialistes.

Grippe : l’épidémie pourrait être plus virulente cette année, selon des spécialistes

Avant cette crise sanitaire que nous vivons depuis bientôt deux ans, chaque année, 2 à 6 millions de Français étaient touchés par la grippe, et on déplorait en moyenne 10.000 décès par an lié aux virus grippaux, dont 90% surviennent chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Mais après avoir été très “discrète” et presque “en sommeil” l’hiver dernier, cette année, l’épidémie pourrait être particulièrement virulente. Et le Conseil supérieur de la santé, l’équivalent de la Haute Autorité de Santé (HAS) en Belgique, invite d’ailleurs déjà les personnes à risques (présentant des comorbidités associées à des formes sévères de la grippe, ou âgées de plus de 65 ans), à se faire vacciner contre la grippe pour cette saison 2021-2022.

Notre système immunitaire pourrait réagir davantage face à cette nouvelle souche du virus grippal

Au micro d’RTL Belgique, le Professeur Bernard Rentier, virologue et immunologue explique pourquoi il faut être vigilant cet automne face au retour de la grippe. “On est tout doucement en train de se dire que chaque année qui passe sans grippe, risque d’aggraver le moment où elle va réapparaître.”, alerte-t-il, en précisant qu’à ce jour, cela fait trois ans que l’on “n’a pas vu le virus de la grippe, ou en tout cas de manière significative”.

“Certains disent aujourd’hui que même s’il n’y a pas une très grosse mutation du virus, il y aura quand même suffisamment de différences pour que plus personne ne reconnaisse la dernière souche. On a eu de très fortes grippes en 2017 et 2018 avec chaque fois 3.000 décès. Ces deux épisodes-là suivaient une période en 2016 où on n’a pratiquement pas vu passer de grippe”, précise le Professeur Bernard Rentier.

La réaction de notre système immunitaire face à une forme du virus de la grippe qu’il “n’aura pas du tout connu” pourrait donc être plus sévère et les symptômes de la grippe en cas de contamination pourraient être plus prononcés (fièvre élevée, fortes courbatures, fortes toux, fatigue intense…).

Source: Lire L’Article Complet