• La vitamine D, un rempart contre la Covid-19 ?
  • Doit-on prendre de la vitamine D en prévention ?
  • Comment éviter une carence en vitamine D ?

Et si les formes graves de la Covid-19 étaient dues à une carence en vitamine D ? C’est ce que suggèrent plusieurs études menées sur des patients hospitalisés.

La dernière en date, réalisée en Espagne et publiée dans le Journal of clinical endocrynology and metabolism le 27 octobre 2020, a montré que 80% des 230 patients hospitalisés pour une forme grave de la Covid-19 étaient carencés, contre seulement 47% dans la population générale.

Une hypothèse qui devra être confirmée, par le biais de recherches plus approfondies dans les mois à venir.

La vitamine D, un rempart contre la Covid-19 ?

La vitamine D, présente en grande quantité dans les œufs, le lait, les poissons gras et leurs huiles, assure diverses fonctions au sein de l’organisme. Elle renforce notamment le système immunitaire et permet de mieux protéger les os, les muscles et le cœur. L’ennui avec la vitamine D, c’est qu’elle n’est pas produite naturellement par notre corps. Elle se synthétise sous l’effet du soleil, via une exposition prolongée (ce qui paraît donc compliqué durant le confinement).

En 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé s’exprimait d’ailleurs sur les pouvoirs de la vitamine D face aux infections : “On pense que la vitamine D joue un rôle important dans la régulation du système immunitaire, et peut potentiellement protéger des infections. Sa supplémentation pourrait réduire l’incidence et les effets délétères de ces affections.” 

Le 22 mai dernier, l’Académie nationale de médecine mettait elle aussi les bienfaits de la vitamine D en avant, notamment “dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome de détresse respiratoire aigüe qui caractérise les formes sévères et souvent létales de Covid-19”. Cette réponse inflammatoire, aussi appelée “tempête cytokinique”, est le résultat d’un emballement du système immunitaire. 

L’Académie recommandait alors d’apporter une supplémentation en vitamine D de 800 à 100 UI par jour chez les personnes âgées de moins de 60 ans et de 50 000 à 100 000 chez celle âgées de plus de 60 ans, dès la confirmation du diagnostic de la Covid-19, ce qui “pourrait contribuer à limiter les complications respiratoires”. 

En effet, les résultats de l’étude menée en Espagne en octobre dernier avaient démontré que les personnes ayant reçu des compléments en vitamines D avaient eu une réponse immunitaire beaucoup plus favorable et étaient, de ce fait, beaucoup moins admis en soins intensifs que ceux n’ayant pas reçu de compléments.

Doit-on prendre de la vitamine D en prévention ?

Selon Jose Hernandez, co-auteur de l’étude et docteur en neurophysiologie à l’université de Cantabrie (Espagne), il serait judicieux de traiter les personnes saines mais carencées avec de la vitamine D, au vu du faible coût des traitements à base de cette dernière. Ce traitement devrait se faire selon lui en priorité sur les personnes âgées et celles présentant des risques de développer des formes graves de Covid-19. 

Pour en savoir plus sur l’utilité de la vitamine D face au coronavirus, une étude nommée CORONAVIT vient d’être lancée pour six mois par l’université Queen Mary de Londres (Angleterre). 5 000 personnes vont recevoir par la poste pendant l’hiver un traitement pour analyser ensuite leur résistance au virus.

Comment éviter une carence en vitamine D ?

Pour tenter d’éviter une carence, plusieurs possibilités s’offrent à nous : tout d’abord, une alimentation saine et équilibrée, riche en produits laitiers et en poissons gras. Aussi, dès que le soleil pointe le bout de ses rayons, on expose quelques minutes son visage et ses avant-bras. 

Vous pouvez également vous faire prescrire une ampoule par votre médecin. La dose recommandée est d’une ampoule de 100 000 unités tous les deux mois, pendant les périodes de faible ensoleillement (ou 600 à 800 unités par jour). Généralement on en prend une à l’entrée de l’hiver et une autre au début du printemps.

Comme dans toute prise de complément, attention au surdosage. Trop de vitamine D peut provoquer certains effets indésirables (douleurs musculaires et osseuses, troubles du rythme cardiaque ou problèmes de reins). Depuis 2014, le dosage sanguin de la vitamine D n’est plus remboursé, mais on peut le réaliser sans ordonnance (10 à 15 euros selon le laboratoire) si l’on désire évaluer ses réserves.

  • Covid-19 : les anticorps de certains malades s’attaqueraient à leur organisme plutôt qu’au virus
  • Covid-19 : est-ce que je fais partie des profils “à risque” ?

Source: Lire L’Article Complet