Une édition spéciale de Solidays. Le festival de musique, habituellement dédié à la lutte et à la prévention contre le Sida, s’est tenu dimanche 4 juillet sur l’hippodrome de Longchamps à Paris. Sauf que cette année, l’édition était réservée aux soignants et aux ”soldats de la première ligne” qui ont maintenu le pays durant le confinement et la crise sanitaire. 

Entre 8 000 et 10 000 personnes

Ils ont remplacé les blouses blanches, les masques et les gants par des pintes de bière, des lunettes de soleil et des bottes de pluie pour les plus prudents. Cette journée de concerts est une récompense pour ces réanimateurs, brancardiers, pharmaciens ou encore enseignants qui piétinent en rythme la pelouse de l’hippodrome. “J’étais en service Covid en contact tous les jours avec les malades, explique Farah”, 26 ans, infirmière depuis un an et demi et pour qui ce festival et “ce petit geste fait du bien”.

“C’est super agréable et c’est une très bonne initiative de la part des Solidays. Ça fait du bien de retrouver aussi les artistes sur scène. C’est mon premier festival et mes premiers concerts depuis deux ans.” 

à franceinfo

Hervé, la révélation masculine aux dernières Victoires de la musique, est aussi ravi de partager ce moment avec les soignants. “Je pense qu’ils sont très fatigués et je pense qu’ils ont beaucoup donné, dit-il. C’est grâce à eux qu’on peut rejouer et qu’on est là. Qui sait, dans quelques mois, on pourra se refaire une bise? On ne les remerciera jamais assez, donc venir jouer, c’est quand même le minimum.” Durant ce festival, les quelques 8 000 à 10 000 soignants et “soldats de la première ligne” ont pu aussi applaudir, entre autres, Yael Naïm, Youssoupha et M.

Source: Lire L’Article Complet