Le ton est monté. Interrogé sur France Inter par Léa Salamé sur le référendum sur l’écologie, Gabriel Attal s’est emporté ce lundi 5 juillet. Le porte-parole du gouvernement s’en est pris avec véhémence aux sénateurs.

Que restera-t-il de la Convention citoyenne pour le climat ? Peut-être pas grand-chose si le référendum annoncé n’a pas lieu. Léa Salamé a mis les pieds dans le plat ce lundi 5 juillet dans la matinale de France Inter. « Il devait y avoir un référendum sur l’écologie… Vous allez le faire avant la fin de l’année ? », a demandé la journaliste à son invité, Gabriel Attal. « On aimerait le faire, et ce que je comprends c’est que le Sénat va nous empêcher de le faire. Et moi je le regrette », a répondu le porte-parole du gouvernement. « Ce que je constate, c’est que chez Les Républicains, ils parlent assez peu d’environnement et d’écologie. Pourquoi ? Parce qu’il y a une ligne climato-sceptique très forte », a-t-il lancé avant de donner une série d’exemples pour étayer son propos. « Vous savez, il y a quelques mois, il y a un député LR à l’Assemblée nationale, aux questions au gouvernement, qui s’exprimait au nom de son groupe et qui a parlé de ‘prétendu réchauffement climatique’ », a-t-il notamment déploré.

« À chaque fois qu’on présente des mesures en faveur de l’environnement (bonus-malus pour les gros SUV, limitation de l’avion, etc.), vous avez Les Républicains qui votent contre et la majorité sénatoriale qui vote contre », s’est agacé Gabriel Attal sur France Inter. À moins d’un an de l’élection présidentielle, il serait gênant pour le président de ne pas pouvoir respecter l’engagement qu’il avait pris et de se fâcher avec certains potentiels électeurs sensibles à l’écologie chez qui Emmanuel Macron avait suscité un véritable espoir. Un espoir déçu puisqu’il y a une certaine désillusion du côté des participants de la convention, certains déçus que des propositions des citoyens soient « transformées ». « Le problème avec le président de la République, c’est qu‘il s’est engagé à faire quelque chose qu’aujourd’hui il ne fait pas et qu’il va même jusqu’à transformer un certain nombre de mots ! », avait regretté le réalisateur engagé Cyril Dion dans Quotidien sur TMC en janvier dernier.

[email protected] et le #référendum sur l'#écologie avant la fin de l'année : "On aimerait le faire mais le #Sénat va nous empêcher de le faire. Chez @lesRepublicains , il y a une ligne climato-sceptique très forte" #le79Inter pic.twitter.com/Y8eTcpyWG3

« Je regrette »

« Il y a cet engagement de la convention citoyenne pour le climat, de mettre la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité dans notre constitution. On veut le faire, on veut le proposer par référendum aux Français », a rappelé Gabriel Attal sur France Inter ce lundi 5 juillet. Un grand obstacle s’oppose au chef de l’État : le Sénat, présidé par le Républicain Gérard Larcher. « Le Sénat nous a bloqués une première fois, on a fait un pas vers eux en faisant évoluer notre texte. On attendait qu’ils puissent faire un pas vers nous aussi. À l’évidence ce n’est pas ce qu’ils vont faire, je regrette que le Sénat empêche les Français de se prononcer sur cette question fondamentale », a poursuivi le porte-parole du gouvernement. « Donc il n’y aura pas de référendum », a conclu Léa Salamé.

En août 2018, c’est aussi à son micro que Nicolas Hulot avait démissionné de son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire. Trois ans après, l’ancien présentateur d’Ushuaïa continue d’alerter Emmanuel Macron et l’ensemble de la population. Sur BFM TV ce samedi 3 juillet, Nicolas Hulot a appelé à « changer » rapidement « si on ne veut pas que le chaos l’emporte ». « Aujourd’hui on a échoué. (…) Quand on a commencé à se préoccuper du réchauffement climatique, l’objectif était de l’enrayer. On appelait cela l’atténuation. (…) Maintenant la priorité va être l’adaptation, c’est-à-dire s’en protéger », a-t-il estimé.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet