Arthrite, maladie de Crohn, tendinite, eczéma… Contre les maladies inflammatoires, les huiles essentielles peuvent aider. Notre sélection.

Restez informée

Huiles essentielles anti-inflammatoires : qu’est-ce qu’une inflammation ?

Petite leçon de médecine express. L’inflammation n’est pas mauvaise pour la santé, bien au contraire : la réaction inflammatoire constitue un mécanisme de défense qui se déclenche lorsque l’organisme subit une agression – par exemple par un virus, une bactérie, un parasite, un champignon… L’objectif : repousser le micro-organisme pour protéger le corps et accélérer la réparation des tissus.

À savoir. La réaction inflammatoire (à laquelle participent plusieurs cellules du système immunitaire : les polynucléaires neutrophiles et les monocytes, en particulier) peut être infectieuse ou traumatique – lorsqu’on se coupe, lorsqu’on se brûle, lorsqu’on tombe…

Les symptômes de l’inflammation. Une réaction inflammatoire se caractérise par des symptômes spécifiques :

  • Une rougeur qui se développe à l’endroit de ” l’agression “. Par exemple : si on se coupe en cuisinant (ou si on se brûle en bricolant), la zone tout autour de la plaie va devenir rouge,
  • Un œdème (c’est-à-dire : un gonflement). Par exemple : si on a été piqué par un moustique, la zone autour de la piqûre va se mettre à gonfler. Idem si on subit un choc au niveau du coude ou du genou : la zone va gonfler et devenir rouge.
  • Une sensation de chaleur, une douleur et/ou des démangeaisons.

À savoir. Tous les organes du corps peuvent être concernés par une inflammation. En langage médical, les mots qui finissent par ” -ite ” désignent justement un processus inflammatoire : une tendinite correspond à l’inflammation d’un tendon ou de sa gaine, une artérite fait référence à l’inflammation d’une artère, tandis qu’une méningite renvoie à une inflammation des méninges, ces membranes qui protègent le cerveau.

Huiles essentielles anti-inflammatoires : zoom sur l’inflammation chronique

À savoir. On l’a dit : en règle générale, l’inflammation constitue une réponse à une agression extérieure (infectieuse ou traumatique, donc). Elle est ponctuelle, c’est pourquoi on parle d’inflammation aiguë. Mais dans certains cas, l’inflammation se prolonge en réponse à des signaux de ” danger ” encore mal identifiés et à la sécrétion de certaines molécules (histamine, interleukines…) : on parle alors d’inflammation chronique.

Inflammation chronique : quelques exemples. Plusieurs pathologies se caractérisent par une inflammation chronique, parmi lesquelles :

  • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique,
  • Les maladies inflammatoires des articulations : la polyarthrite rhumatoïde, les spondylarthropathies…,
  • Les dermatoses inflammatoires : le psoriasis, la dermite séborrhéique, l’urticaire chronique…,
  • Les maladies inflammatoires du cerveau : la sclérose en plaques (SEP), les rhombencéphalites…,
  • Et aussi : les myopathies inflammatoires (myosites), la gastrite, la sciatique, la goutte, les maladies pelviennes inflammatoires, les colites…

Huiles essentielles anti-inflammatoires : quelles sont leurs caractéristiques ?

Certaines huiles essentielles sont efficaces contre l’inflammation parce qu’elles modulent la réponse immunitaire. On choisit de préférence des huiles essentielles fortement concentrées en aldéhydes, en esters et/ou en carbures sesquiterpéniques. Très concrètement, dans la liste des composants, on cherche à repérer les molécules suivantes :

  • salicylate de méthyle,
  • citronnellal,
  • citrals,
  • β-caryophyllène,
  • chamazulène,
  • germacrène D,
  • acétate de bornyle,
  • acétate de linalyle,
  • acétate de citronellyle,
  • curcumène,
  • zingibérène,
  • cinnamaldéhyde…

Attention ! Bien que ” naturelles “, les huiles essentielles présentent souvent des contre-indications qu’il faut respecter à la lettre – au risque de développer des effets indésirables parfois très graves.

L’aromathérapie ne s’adresse ni aux femmes enceintes, ni aux femmes allaitantes, ni aux enfants de moins de 6 ans. Les personnes souffrant de maladies chroniques (inflammatoires ou pas) devront impérativement demander un avis médical avant d’utiliser une huile essentielle. Demandez conseil à votre médecin traitant ou à votre pharmacien avant emploi.

Sources :

  • Association Française des Enseignants en Cytologie et Anatomie Pathologiques (AFECAP)
  • Institut de Formation aux Infirmiers (IFSI) Dijon
  • Centre médical Saint Jean
  • Brain Team
  • La Compagnie des Sens
  • Le Guide Terre Vivante des huiles essentielles – Dr. Françoise Couic-Marinier, éd. Terre Vivante.

Source: Lire L’Article Complet