Virginie Efira est à l’affiche du film Benedetta qui sera présenté au Festival de Cannes. Un long-métrage qui risque de diviser sur la Croisette.

Virginie Efira

Paul Verhoeven

Le scandale aura-t-il lieu sur la Croisette ? Ce vendredi 9 juillet, Virginie Efira et le réalisateur Paul Verhoeven vont présenter le film Benedetta au Festival de Cannes. Un long-métrage qui fait déjà beaucoup de bruit puisqu’il évoque le parcours d’une nonne du XVIe siècle qui rejoint le couvent de Pescia en Toscane. Là-bas, elle va découvrir son attirance pour une autre religieuse. Forcément les scènes de sexe entre deux bonnes sœurs risquent de faire bondir certains festivaliers. Mais pas de quoi affoler la comédienne de 44 ans qui n’a pas peur de la polémique. “Ce vieux mot, ’scandale’, me fait rire, a-t-elle confié au Parisien. C’est vrai que c’est moi qui suis à l’image et qui vais monter les marches de Cannes. Choquer pour choquer, ça ne m’intéresse pas. Mais je vois bien que ça n’est pas un film consensuel. Or, si certaines scènes peuvent paraître choquantes à ceux qui en auront juste entendu parler, c’est parce qu’elles seront sorties de leur contexte. Alors que dans Benedetta, elles racontent quelque chose, se situent sur un niveau de métaphore… Et reflètent un geste cinématographique de Paul Verhoeven. Mais je comprends aussi qu’on puisse rejeter le film“.

“Ça plonge toujours dans un état assez particulier”

D’ailleurs Virginie Efira a assuré au quotidien qu’elle avait facilement accepté le rôle de cette nonne très controversée. “Paul Verhoeven m’a parlé immédiatement de tous les aspects, y compris des scènes d’amour, et parce que c’est lui, je ne me suis jamais sentie mal à l’aise, même pour la scène où le sacré est bousculé“, a-t-elle expliqué. Pourtant la compagne de Niels Schneider a dû appréhender les scènes d’amour avec sa partenaire à l’écran, Daphné Patakia. L’actrice s’est alors préparée à sa façon. “Ça plonge toujours dans un état assez particulier, a-t-elle avoué. Avec Daphné (Patakia), on s’était vues avant, on déjeunait ensemble sur le plateau, il fallait qu’on trouve une confiance ensemble, c’était mieux pour ce type de séquences“.

Malgré toutes ces précautions, l’interprète de Benedetta Carlini n’était pas “à l’aise tout le temps. “Parfois on croit en avoir fini avec la pudeur alors que ça n’est pas si évident, mais on s’est quand même amusées, a-t-elle assuré. C’était même facile, détendu. On a ainsi tourné une scène d’amour pendant deux jours : il fallait de l’érotisme, de l’intimité, de la métaphore aussi, on a cherché tous ensemble, avec une grande confiance en Paul Verhoeven“. Reste à savoir si le film va choquer les spectateurs les plus chastes.

Source: Lire L’Article Complet