Edouard Philippe était l’invité de France Inter, mercredi 7 avril 2021 pour faire la promotion de son dernier livre. Léa Salamé en a profité pour piquer l’ancien chef du gouvernement. Sa réponse n’a pas manqué.

  • Édouard Philippe
  • Léa Salamé

Depuis qu’il n’est plus le locataire de Matignon, Edouard Philippe a retrouvé sa vie d’avant. De retour au Havre, où il officie comme maire, l’ex-Premier ministre se donne du temps pour vaquer à quelques occupations comme celle de l’écriture. Accompagné de son ami de longue date Gilles Boyer, l’homme politique de 50 ans était au micro de France Inter, mercredi 7 avril 2021, afin de faire la promotion de son dernier livre, Impressions lignes claires, (aux éditions JC Lattés). Dans cet ouvrage le prédécesseur de Jean Castex et son conseiller retracent leurs trois années de pouvoir. Un évènement relaté par Edouard Philippe retient particulièrement l’attention de Léa Salamé. La journaliste explique que son invité a perdu 6 kilos lors des quelques jours qui ont précédé sa prise de poste. “J’avais la trouille de ne pas être à la hauteur. Je ne sais pas si c’est original de le dire, mais c’est vrai” avait-il d’ailleurs soutenu le 1er avril dans Le Point.

Edouard Philippe donne un cours de linguistique sur France Inter

L’animatrice du 7/9 ne s’arrête pas là et décide de citer un extrait du livre d’Edouard Philippe. “Vous écrivez ‘au matin du 15 mai, le maire du Havre avait perdu 6 kilos en 10 jours’, avec cette manière très personnelle et je dois dire un poil baroque de parler de vous à la troisième personne ” lance-t-elle à l’ex-ministre d’Emmanuel Macron, un poil taquine. La réponse du quinquagénaire ne manque pas. “Alors pardon Léa Salamé, d’abord je ne dis pas ça pour qu’on me plaigne, pas du tout. Je dis ça pour montrer l’angoisse qui peut vous saisir avant de passer à l’exercice de ces responsabilités” explique-t-il d’abord sur la défensive avant de préciser avec certitude : “Par ailleurs, nous écrivons à la première personne du pluriel, ça n’est évidemment pas un nous de majesté, nous le disons d’ailleurs, c’est un nous collectif. Nous avons fait le choix, et c’est un choix littéraire et assez particulier! Un éclaircissement nécessaire de la part de celui qui n’a pas encore annoncé s’il se présentait ou non à l’élection présidentielle de 2022.

Source: Lire L’Article Complet