Suite à une chronique sur le président dans "C à vous", Bertrand Chameroy a été fortement critiqué sur les réseaux sociaux et dû faire une mise au point.

Un premier gros couac pour Bertrand Chameroy dans le magazine “C à vous” ? Depuis la rentrée, le jeune homme de 32 ans a pris du galon au sein de la bande d’Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5. Rappelons que la saison dernière, il faisait “Le speakerin” chaque vendredi. Désormais, l’ex protégé de Cyril Hanouna qui a définitivement quitté “Touche pas à mon poste” en 2016, assure une chronique quotidienne dans le rendez-vous phare de France 5.

Et jeudi 2 septembre, il s’est illustré par une chronique qui s’intéressait à la venue d’Emmanuel Macron à Marseille, où il a entre autre visité une école du 13e arrondissement et répondu aux questions de quelques élèves. Dans une courte séquence, on voit le chef de l’Etat confronté notamment à un élève qui l’interroge sur une épineuse question : “Est-ce-que l’on va aider Kaboul ?“. Le chroniqueur s’amuse ensuite des réactions du président de la République qui, montés les unes à la suite des autres, laissent entrevoir un Emmanuel Macron irrité. “Voilà tu sais où c’est Kaboul non ? Bah tu ne m’emmerdes pas, tu fais comme les autres, tu me parles de McFly et Carlito“, résume le chroniqueur avec humour sur ce qui pourrait être la pensée du président.

Mais certains internautes, qui ont relayé la vidéo dans sa globalité, s’en sont pris à Bertrand Chameroy, dénonçant dans ce montage de la malhonnêteté journalistique. Face au déferlement des critiques, l’ex chroniqueur de TPMP est sorti du silence sur les réseaux sociaux. “Dans le cadre de ma chronique légère, censée faire sourire, j’ai débriefé les questions réponses entre le Président et les élèves”, s’est expliqué Bertrand Chameroy samedi sur ses réseaux sociaux.

Et de clarifier : “Le ‘Alors pourquoi tu me demande ça?’ tranchait avec le ton des autres réponses. J’ai donc choisi de diffuser le début de l’échange. J’aurais effectivement dû préciser que l’échange et les explications se poursuivaient pendant plusieurs minutes ensuite, je le reconnais. Ne mêlez pas les journalistes de l’équipe de ‘C à vous’ à cela, il n’y sont pour rien. Si faute il y a, c’est la mienne. Et ne cherchez pas de message politique derrière mes chroniques, il n’y en a pas. Ce n’est ni mon rôle, ni mon envie”.

THL

Source: Lire L’Article Complet