LONG FORMAT – Enfant rebelle brisée par le deuil, amoureuse passionnée mais si souvent déçue, femme de coeur plutôt que de titres… Les années n’y changent rien, Stéphanie de Monaco reste une écorchée vive, une princesse à part, ultra-sensible et altruiste. Son destin a basculé à la mort de sa mère Grace Kelly. Au mitan de la cinquantaine, alors que ses propres enfants sont entrés dans la vie adulte, la benjamine des Grimaldi fait voeu de sérénité. Sans renoncer à ce qui l’a toujours animée…

“Comme un ouragan, la tempête en moi, a balayé le passé ; allumer ma vie, c’est un incendie, qu’on ne peut plus arrêter…” Trente-cinq ans après sa déferlante sur les ondes, ce refrain écrit par Romano Musumarra ne trouve pas d’égal pour résumer la nature indomptable de Stéphanie de Monaco. Aux yeux de ses trois enfants, elle fait figure de modèle. Vrai qu’au sein de la famille Grimaldi, la petite dernière de Grace Kelly et Rainier III a tracé un chemin singulier. Aussi attachante que têtue, bravache mais admirable, malgré tout.

Son père, prince bâtisseur du Rocher et lui-même roc insondable en dépit des chagrins, restera à jamais une ombre tutélaire. Sa mère, son héroïne. A la mort de celle-ci, une urgence de vivre s’est emparée de la petite soeur d’Albert II et de Caroline. A peine majeure, Stéphanie a joué les mannequins, a ébouriffé les hit-parades avec son titre Ouragan vendu à des millions d’exemplaires. Sa vie amoureuse ne sera pas plus calme…

Plus discrète depuis quelques années, la princesse, qui a fêté ses 56 ans ce 1er février 2021, n’en garde pas moins un sens du devoir et de la famille. Pour son frère Albert devenu prince souverain en 2005, après la mort de leur père, elle continue d’être un soutien inestimable. Pour sa sœur aussi Caroline, pas plus épargnée par les drames, elle reste une confidente, malgré des choix de vie différents. Stéphanie de Monaco n’apparaît plus devant les caméras que pour quelques cérémonies officielles et pour défendre des causes qui lui tiennent à coeur. Mais elle n’a jamais baissé les bras…

La mort de Grace Kelly : son adieu à l’innocence

Troisième enfant de Grace Kelly et de Rainier III, Stéphanie de Monaco, née le 1er février 1965, se distingue très vite de ses aînés Albert et Caroline. Garçon manqué, intrépide, obstinée, la petite dernière bénéficie de plus de souplesse que son frère et sa soeur. Sa mère, brimée à l’adolescence par des parents très autoritaires, l’encourage à trouver sa voie et vivre ses rêves. Tout aussi bienveillant, celui qu’elle surnomme “papa” et non “Monseigneur”, lui passe ses caprices et ses coups de sang, la gâte autant qu’il la guide. Pas de dorures au dessus de sa tête. La petite dernière des Grimaldi s’épanouit à Roc Agel, à l’abri des regards indiscrets et d’un protocole trop pesant.

Après une enfance passée sur les hauteurs du Rocher, la princesse met le cap sur Paris, bien décidée à percer dans les métiers de la mode. Stéphanie a hérité de la détermination des Kelly. Grace, qui garde toujours un œil sur elle, l’aide à décrocher un stage au sein de Christian Dior Couture. Elle n’assistera jamais à ses succès… Le 13 septembre 1982, le destin des Grimaldi bascule. La Rover dans laquelle Stéphanie a pris place avec sa mère quitte brusquement la route sinueuse de la Turbie, et chute de plusieurs mètres dans le vide avant de s’écraser dans un parking. Grace de Monaco ne survit pas, et décède à l’hôpital. Sa fille Stéphanie fait figure de miraculée. Onde de choc dans le monde entier.


  • 13 gadgets incroyablement cool à acheter en octobre tant qu’il en reste en stock


    Sponsorisé

    Perfect Gifts


  • Toutes les personnes âgées devraient porter cette montre de santé à 49,95€


    Sponsorisé

    KoreTrak

Source: Lire L’Article Complet