Comme le montre une vidéo publiée sur Twitter, Arielle Dombasle attend avec impatience le déconfinement. Un brin déroutante, cette séquence s’avère moins “perchée” qu’elle n’y paraît.

Le confinement et son lot de restrictions aura eu des effets surprenants sur certains. Mardi 11 mai, Arielle Dombasle a partagé sur son compte Twitter une nouvelle vidéo pour le moins déconcertante. Attendant – comme nous tous – impatiemment le 19 mai, la chanteuse et actrice de 68 ans raconte dans cette séquence de 32 secondes, sa folle envie de liberté. Et la vidéo de démarrer sur un plan de la comédienne en train de sortir un masque de protection de sa bouche.

“Wild as a bride”

«Encore dix jours avant la liberté ! S’enfuir, danser, courir… la liberté ! Née pour être sauvage… sauvage comme une mariée… Rencontrer la beauté et la liberté du monde…», déclame-t-elle en anglais. On voit alors Arielle Dombasle, vêtue d’une robe de mariée, courir à travers champs. Mais cette étrange mise en scène n’est pas due au hasard. En effet, le 23 avril, l’artiste avait annoncé sur Instagram, la sortie de son nouvel album, Empire, dans lequel figure le titre Deconstruction of the Bride (Déconstruction de la mariée, en français). Un morceau composé par Nicolas Ker et le groupe The Wild dont le clip est disponible sur YouTube.

https://instagram.com/p/COAECdJoiZm

“Je veux la même chose !”

Ce n’est pas la première fois que l’artiste déroute les internautes avec ses contenus fantasques. Mais cette fois-ci, certains suspectent ouvertement la diva d’avoir recours à des substances illicites. «Je ne sais pas ce qu’elle prend mais je veux la même chose !», ironise gentiment l’un d’entre eux. «Elle se drogue ?», s’interroge une utilisatrice. «Au Lapsang Souchong ! Essayez ! C’est un délice !», lui répond Arielle Dombasle. «Faut consulter, vous êtes grotesque», s’agace un autre. «Détendez-vous», lui rétorque la comédienne. Comme dirait la reine, “keep calm and carry on” (garder le calme et continuer).

Source: Lire L’Article Complet