Ce mercredi 14 avril dès 21h15, TMC diffuse la seconde partie de son documentaire sur les 20 ans de la téléréalité. Au programme : L’île de la tentation. En 2002, Diane Jones participait à l’émission avec Brandon, son compagnon de l’époque. Pour Voici.fr, l’ex-candidate revient sur son expérience, son couple explosif et donne sa vision de la téléréalité d’aujourd’hui.

Voici.fr : Avec le recul, L’île de la tentation est un bon ou mauvais souvenir pour toi ?

Diana Jones :

Tu dis avoir participé à l’émission par vengeance. Mais à l’époque Brandon se doutait-il de quelque chose ?Oui et non ! J’ai été cocue plusieurs fois mais je ne l’avais jamais chopé en flag’. Il était strip-teaseur à l’époque. La veille de l’émission, il s’était produit dans une discothèque. Et je ne sais pas si c’était par rapport à l’émission que j’allais tourner, mais pendant une semaine, je n’ai pas bien dormi. Je voulais absolument le choper en flag’ et je me suis déguisée. J’ai mis une perruque et des lentilles et je me suis pointée à la boîte de nuit où il n’y avait que des filles. Et je l’ai pris en flag’ avec une nana. Mon cerveau a fait trois tours ! Quand j’ai fait ma valise pour partir, j’ai mis des strings, des mini-jupes, j’ai voulu montrer mon autre facette. Lui n’avait connu que mon côté gentil, fidèle, tranquille. Arrivée là-bas, je n’ai pas tout de suite branché. C’est quand j’ai entendu dans des magnétos qu’il disait aux filles : “Je prends vos numéros et je vous appellerai à ma sortie“. Comme ils ont passé cette phrase en boucle, j’ai eu un déclic et je me suis dit : “Je me lâche !” C’était une punition !

Le programme était vendu comme une thérapie de couple. Ça t’a aidée à tourner la page ?A l’époque, j’étais tellement amoureuse de Brandon. J’avais un mal-être parce que j’étais avec quelqu’un qui était un très grand séducteur et je voulais combattre ça, mais ça ne servait à rien. Il a fait de moi une femme hyper jalouse, à l’extrême. Il ne pouvait même pas dire bonjour à une fille parce que sinon je lui fracassais les dents ! J’étais très mal dans ma peau parce que je n’étais pas avec la bonne personne. Pour moi, ça a été l’île de la solution ! Ça a été une thérapie et j’ai réalisé que j’étais avec quelqu’un qui n’était pas fait pour moi. Je l’ai quitté à l’époque, après il est revenu et je l’ai plus ou moins repris. Après, il a voulu qu’on se marie et le jour du mariage, je me suis barrée ! Je l’ai planté ! J’ai eu un déclic et je me suis dit : Je ne peux pas me marier avec quelqu’un qui m’a fait autant de mal et en qui je n’ai pas confiance. Ce n’est pas possible !

Comment réagis-tu en redécouvrant des images de L’île de la tentation ?Les images sont un peu trafiquées. A un moment, on était quatre : deux garçons, deux filles. On devait entrer dans une pièce, j’avais un jeu de cartes dans la main et comme on s’ennuyait, j’ai voulu jouer avec le groupe. On a flouté mon jeu de cartes et on n’a filmé qu’Hugo (un tentateur, ndlr) et moi en disant : “attention, la semaine prochaine que vont-ils faire dans la chambre ?” Il y a toujours un peu le côté scénarisé du montage, mais on ne peut malheureusement rien y faire. Il y a aussi une autre situation où j’étais avec un homme sur un bateau avec tous les tentateurs et il a voulu me toucher la cuisse. Je l’ai tapé pour lui enlever la main, mais ça a été filmé au ralenti et ça faisait des caresses. Des petites images qui m’ont un peu fait ch*** mais maintenant que je comprends comment ça fonctionne. C’est le jeu de l’émission. Mais au début, mon mal-être et en plus la diffusion, ce n’était pas vraiment moi. On m’a montrée aussi comme une bimbo, mais je peux comprendre, je leur ai donné matière entre mes maillots et le corps que j’avais. On donne aussi le bâton pour se faire battre !

Justement qu’as-tu pensé de la scène du bâton avec Brandon ?C’était exceptionnel ! Brandon n’est pas quelqu’un qui se bagarre ou de nerveux et c’était la première fois dans l’émission que je le voyais péter les plombs. C’est la première fois que je le voyais pleurer. C’était quelqu’un qui ne m’avait jamais dit “je t’aime” en 4 ans. J’ai vraiment réalisé qu’il avait des sentiments et qu’il pouvait être violent. Je pense que s’il était tombé sur Hugo à ce moment-là, il aurait mangé (rires).

“Les nouveaux candidats de téléréalité sont moins naïfs et plus vicieux”

Es-tu toujours en contact avec Brandon ?Ça m’arrive de l’avoir au téléphone une fois dans l’année, et encore. Mais on ne se revoit pas. J’ai refait ma vie et j’ai quelqu’un. Il ne serait pas content que je revoie mes ex, ce qui est normal et je respecte ça.

A l’époque, comment as-tu vécu ta médiatisation ? C’était un an après Loft Story…Quand le Loft était diffusé, j’étais à Miami. On m’avait proposée le casting du Loft à l’époque mais je n’étais pas trop fan de l’enfermement donc je n’ai pas donné suite. Et à l’époque, j’était partie à Miami pour travailler. A mon retour, je n’ai pas compris tout l’engouement autour de Loana et du Loft. Je n’ai pas percuté plus que ça parce que je suis partie directement faire L’île de la tentation. Mais je n’aurais jamais imaginé que ça aurait pris une ampleur comme ça surtout que j’avais vraiment eu un coup de cœur pour Hugo mais les tentateurs lui ont monté le cerveau en disant “fais attention, elle joue avec toi”, alors que pas du tout ! Après la médiatisation, je suis tombée de haut. Je ne m’attendais pas à un tel engouement sur moi. Je n’ai pas compris. Quand j’ai vu tous les magazines avec les autres personnalités du Loft, j’ai compris que j’allais y passer.

Es-tu prête à refaire de la téléréalité ?Oui, j’aimerais bien refaire des télés. J’aurais aimé être la doyenne dans Les Anges, ça aurait été marrant, ou même en tant que candidate. Mais tout dépend de la téléréalité ! Maintenant si tu me dis pour 500 000 euros, tu vas faire Koh-Lanta, je dis non direct ! Ce n’est pas du tout mon délire ! Mon copain adore, mais moi pas du tout ! Moi à jeun, ce n’est pas la peine, il n’y aura plus de caméras et plus de montage ! C’est certain ! (rire)

Que penses-tu de la téléréalité aujourd’hui ?Ce n’est pas celle d’avant ! Les candidats sont déjà plus intelligents, on ne va pas se le cacher. Ils sont moins naïfs et plus vicieux. Alors est-ce parce que la nouvelle génération est plus éveillée que nous ? Ou ont-ils vu notre expérience ? On était plus naïfs, c’était les débuts de la téléréalité. On ne savait pas où on allait, on ne connaissait pas les rouages du montage. Moi quand certains producteurs, je ne citerai pas de noms, me disaient : faut t’embrouiller ou sortir avec des mecs. Je m’en foutais. Je suis moi, soit tu me gardes ou me dégages ! Aujourd’hui, les nouveaux savent que s’il n’y a pas d’embrouilles ou de flirts, ils ne sont pas à la page. Mais ce n’est pas parce que je n’ai pas le courage de faire ça que je crache sur ceux qui le font !

Quels sont tes projets pour la suite ?Je suis en train de vendre un bien à Paris. Avec le confinement, ça a été compliqué parce que j’avais du mal à vendre. J’attends de vendre un de mes biens pour investir à Marseille dans plusieurs petits appartements pour des locations saisonnières en Airbnb. Mon rêve est de m’acheter une grande ferme et de finir ma vie avec la nature et les animaux, loin des humains. Non pas que je ne les aime pas mais plus je vieillis, plus j’ai envie d’être tranquille. Loin du showbiz, loin de tous ces gens !

Snapchat et Instagram de Diana Jones : Dianajones1212

Source: Lire L’Article Complet