En cette rentrée, Emmanuel Macron vient de nommer François Bayrou au Haut Commissariat au Plan. Une façon de faire plaisir à cet allié politique qui lui donne du fil à retordre.

Qu’importe les mises en garde de Nicolas Sarkozy qui le qualifie de traître, ou les critiques de ses opposants qui voient en lui un “illuminé” à l’égo surdimensionné. Emmanuel Macron reste fidèle à François Bayrou, l’un de ses plus précieux alliés depuis le début de son quinquennat. Le chef de l’Etat chouchoute tout particulièrement le président du MoDem et, en cette rentrée, lui a même offert le poste de Haut-Commissaire au Plan. Supprimé en 2005, le Commissariat général au plan a ainsi été ressuscité. Pour “faire plaisir à Bayrou” selon un membre du gouvernement.

Il faut dire qu’Emmanuel Macron a fort à faire pour s’assurer les bonnes grâces de François Bayrou, et donc le soutien nécessaire du MoDem. Dans son numéro du 3 septembre dernier, Le Point rappelle que le maire de Pau n’hésite pas à taper du poing sur la table quand il considère que le président de la République revient sur ses promesses ou ne respecte pas leur partenariat. En 2017, avant les législatives, François Bayrou a ainsi failli en venir aux mains avec Richard Ferrand, chargé des investitures pour la majorité car il avait trahi l’accord électoral passé entre le MoDem et LREM. De quatre-vingt députés assurés, le parti centriste était passé à vingt. De quoi provoquer la colère de son président, surtout qu’Emmanuel Macron a alors fermé les yeux.

Un allié très puissant

Alors quand le chef de l’Etat a semblé de nouveau trahir le Modem, François Bayrou a fait entendre sa voix encore plus fort. En juillet dernier, tandis qu’Emmanuel Macron prépare son remaniement, il semble vouloir rétrograder ses ministres centristes. Inconcevable pour François Bayrou qui a alors agité la menace de la rupture pour faire rétro-pédaler le chef de l’Etat. “Il s’est fâché tout rouge” a confié à nos confrères un député MoDem. Et François Bayrou a obtenu gain de cause car, il le sait, il est en position de force. Depuis quelques mois, de plus en plus de députés désertent La République en marche. Ces parlementaires frondeurs ont même créé leur propre groupe indépendant à l’Assemblée. Emmanuel Macron a donc besoin du MoDem pour conserver sa majorité et pour se lancer serein dans la campagne présidentielle de 2022.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet