De retour dans la saison 5 de Tandem, dans le rôle de la commandante Léa Soler, l’actrice se confie sur la série et sur ses envies.

Vous incarnez Léa Soler depuis cinq saisons. Ce format de série vous plaît toujours autant ? 

Astrid Veillon : Oui. Ce que j’aime, c’est que l’on peut travailler son personnage sur la durée. Nous tournons en ce moment la saison 6, et il est évident que je ne vais pas tarder à me lasser. Même si les auteurs sont extrêmement doués pour trouver de nouvelles idées, je crains que nous tournions en rond, notamment au niveau de ces rapports “chien et chat” entre mon personnage et son ex, Paul, incarné par Stéphane Blancafort. Mais, attention, je me suis régalée dans cette cinquième saison, qui monte crescendo au niveau de l’humour, avec un fil conducteur fort. Les deux derniers épisodes sont incroyables ! 

Léa semble perturbée par la relation que Paul entretient avec Inès (Baya Rehaz)… 

En effet, elle se sent en danger parce que son ex craque pour une femme plus jeune qu’elle. C’est pourquoi j’ai proposé d’intégrer des éléments comme le vélo, qu’elle utilise dorénavant pour se déplacer, et qui lui permet de ne pas se laisser aller physiquement. J’ai ainsi voulu évoquer ce que certaines femmes, passé la quarantaine, ressentent : la peur de vieillir, avec cette prise de conscience que le temps file. 

Votre connivence avec Stéphane Blancafort est palpable à l’écran. Comment avez-vous atteint un tel degré de complicité, tous les deux ? 

Avec Stéphane, nous avons été en osmose dès les premiers essais passés en 2015. Comme dans une histoire d’amour, notre rencontre en tant que comédiens a été évidente. Ce naturel entre nous est ce qui fait aussi la magie de Tandem. On a l’impression que ce couple existe vraiment, c’est ce qui plaît au public. 

À lire également

Tandem (France 3) Stéphane Blancafort : “Avec Astrid Veillon, on arrive aussi à s’engueuler”

La série réalise des records d’audience : en moyenne, elle attire plus de 5 millions de téléspectateurs. Y êtes-vous sensible ? 

Par ricochet, oui, car on sait qu’une série qui ne fonctionne pas n’aura pas de suite, mais ce n’est pas une obsession. Je vois ça plutôt comme une reconnaissance. Au-delà des chiffres, ce sont les jolis témoignages que nous recevons de la part des téléspectateurs, qui me font du bien. 

La série, tournée aux alentours de Montpellier, dans l’Hérault, offre des décors à couper le souffle… 

Oui, et c’est un atout majeur de Tandem. Les paysages sont toujours sublimes. Et les intrigues ont, à chaque épisode, un fond social, ce qui est important. C’est vraiment une belle série, que j’aime profondément. Un cadeau que la vie m’a fait, et que je savoure, car tout cela n’est pas éternel. 

Vous avez écrit un roman, Pourquoi nous ?, qui doit sortir début juin chez Plon. De quoi s’agit-il ? 

C’est un hymne à l’amour et à la liberté, qui relate l’idylle entre une comédienne et un navigateur. Je me suis posé beaucoup de questions durant ces trois ans d’écriture : ai-je un talent d’auteure ? Suis-je légitime pour écrire ? Une chose est sûre, c’est que j’ai écrit ce livre dans un seul but : faire du bien aux gens ! Je n’ai jamais vraiment eu de plan de carrière, si ce n’est celui d’apporter un peu de bonheur aux autres. Et ils me le rendent bien ! 

Tandem : mardi 20 avril à 21h05 sur France 3

Interview Adeline Quittot 

Source: Lire L’Article Complet