À l’occasion de la diffusion du Gendarme et les gendarmettes sur 6ter, découvrez 5 anecdotes autour de la mythique saga portée par Louis de Funès.

Sorti en octobre 1982, Le Gendarme et les gendarmettes marque la dernière apparition de Louis de Funès sur grand écran. La diffusion de ce 6ème et ultime épisode de la franchise du Gendarme sur 6ter est une bonne occasion de revenir sur 5 anecdotes folles autour de cette légendaire saga.

LES DÉBUTS D’UNE SAGA CULTE

Dans la biographie Louis de Funès, grimaces et gloire, le journaliste Bertrand Dicale raconte que l’idée du Gendarme de Saint-Tropez vient de l’attaché de presse Richard Balducci. Ce dernier se fait voler sa caméra pendant un séjour à Port Grimaud et se retrouve aux prises avec des gendarmes pas très concernés par l’affaire. Enervé et jurant de rendre “célèbre une brigade aussi je-m’en-foutiste”, il s’empresse d’en parler à Louis de Funès avec qui il avait précédemment collaboré sur Pouic-Pouic et Faites sauter la banque.

Le comédien adore l’idée d’en faire un film et Balducci rédige illico un synopsis dans lequel on retrouve déjà une chasse aux nudistes, un vol de tableau et la “faune du port”. Quant à de Funès, celui-ci imagine déjà les caractères des différents brigadiers, entre gendarmes débonnaires et d’autres bien plus hargneux. Le tournage commence le 5 juin 1964 et il n’est que le début d’une énorme success story qui n’en finit pas de faire rire le public français. Arrivé en tête du box-office à sa sortie, il cumule pas moins de 7,8 millions d’entrées.

LE GENDARME À NEW YORK ET LE CAS LEFEBVRE

Il est désormais de notoriété publique que les relations entre Louis de Funès et Jean Lefebvre n’étaient pas des plus harmonieuses et ce dès le tournage du Gendarme à New York. L’on entend souvent que le second accusait le premier d’avoir tout fait pour réduire sa présence à l’écran. Ce serait en réalité l’attitude de l’interprète de Fougasse qui aurait précipité leur mésentente. Dans son autobiographie Les Rôles de ma vie, Michel Galabru revient sur le clash entre les deux comédiens. “Jean Lefebvre ne cachait plus sa jalousie envers Louis de Funès. Il prétendait que de Funès avait fait couper plusieurs de ses scènes. Lefebvre avait un caractère curieux, avec une tendance à réclamer un peu continuellement.”

Lors de la première du film, en octobre 1968, l’interprète de Fougasse constate que des scènes dans lesquelles il figure avec Geneviève Grad, alias Nicole Cruchot, ont disparu du montage final. L’acteur est alors fou de rage. Dans les médias, il accuse de Funès d’être responsable de ces coupes. Son comportement lui vaudra un sévère blâme de la part du cinéaste Jean Girault. Ce dernier le qualifie de “médiocre” et de “figurant le mieux payé du monde” dans une tribune libre du quotidien “Paris-Jour”. Toutefois, cet incident crée une fâcherie définitive entre Jean Lefebvre et Louis de Funès, qui ne tourneront plus jamais ensemble.

Jean Girault rajoutera une couche à cette dispute, tirant à boulets rouges sur Lefebvre : “Il prétend, avec l’audace des médiocres, que je lui ai coupé toutes les scènes où il avait la chance d’écraser Louis de Funès. Je pense, personnellement, que je lui ai rendu un fier service en lui évitant des comparaisons désagréables”, riposte le metteur en scène. Cette version est corroborée par le directeur de la photo de Jean Girault, Jean Tournier : “Lefebvre ne faisait pas preuve d’un grand sérieux. Mais le plus gênant est qu’il passait ses nuits au casino et qu’il arrivait passablement éméché. Ce tournage marquera donc un point de non retour pour Jean Lefebvre dont les relations avec l’équipe se détérioreront davantage sur le tournage du 3ème film, Le Gendarme se marie. Il apparaîtra pour la quatrième et dernière fois dans la saga au générique du Gendarme en balade.

    LE GENDARME SE MARIE… DANS LA TOURMENTE DE MAI 68

    es prises de vues du Gendarme se marie ont débuté le 20 mai 68 à Saint-Tropez. Deux jours après, huit millions de personnes ont fait grève en France, et le lendemain, tous les tournages se sont arrêtés… Sauf celui de la comédie de Jean Girault. Si la question de stopper toute activité liée au film s’est posée, ce sont surtout les techniciens (sur lesquels les syndicats faisaient pression) qui étaient concernés. Les acteurs, au contraire, voulaient continuer. Louis de Funès était bien évidemment farouchement opposé à la grève. “Je les aime bien tous ces gens mais je n’en ai farouchement rien à foutre”, avait-il confié à son ami Daniel Gélin, lequel lui a répondu que si la gauche prend le pouvoir, le comédien serait alors montré du doigt…

    Devant cet argument, de Funès se résigna à arrêter le tournage. Mais finalement, le 6 juin, la poursuite de la grève a été rejetée par 46 voix contre 26. Le tournage a donc repris, et fut endeuillé par la mort d’un cascadeur qui a perdu le contrôle d’une voiture s’écrasant dans la vitrine d’un magasin. Au final, Le Gendarme se marie est sorti le 30 octobre 1968 et a réalisé pas loin de 6,2 millions d’entrées sur le sol français. Une grande réussite commerciale dans la lignée de celle des deux précédents épisodes. Par la suite, Louis de Funès n’a pas réengagé la majorité des grévistes sur ses prochains films…

    LE GENDARME ET LES EXTRATERRESTRES ENDEUILLÉ PAR UN ACCIDENT

    Avant-dernier opus de la saga, Le Gendarme et les extraterrestres est un immense succès en 1979, se hissant en tête du box office français avec 6,2 millions d’entrées. Dans ce 5ème volet, Louis de Funès et sa brigade sont confrontés à des créatures venues d’un autre monde. Le tournage du film a commencé le 15 septembre 1978 à Saint-Tropez. Tout se déroule bien et l’ambiance sur le plateau est excellente. 8 années se sont écoulées depuis Le Gendarme en balade et l’équipe est très heureuse de se retrouver. Malheureusement, le lundi 9 octobre 1978, un terrible accident va venir noircir le tableau idyllique de ces retrouvailles. C’est la dernière semaine de tournage. Une séquence de cascade est prévue mettant en scène le bolide de Josépha Cruchot, une Oldsmobile Delta 88 de 1970. Comme Bertrand Dicale l’explique dans son livre Louis de Funès, grimaces et gloire, Josepha doit céder le passage à une R16 venant de sa droite. Les voitures roulent à vitesse modérée pour raisons de sécurité, le montage s’occupera d’accélérer la séquence. 

    Malgré ce dispositif, la cascadeuse au volant de la Oldsmobile perd le contrôle du véhicule, monte sur un trottoir, percute la R16 et termine sa course dans l’entrée d’un magasin Prisunic. Une femme de 82 ans, Madeleine Montfollet, est tuée sur le coup. Dans sa course folle, le bolide fauche aussi une dizaine de passants. L’accident fera une seconde victime quelques jours plus tard. Un homme de 70 ans, gendarme à la retraite, a dû se faire amputer des deux jambes avant de mourir. “Ce drame a fait que, dans le village où nous tournions, nous étions très mal vus”, déplore Michel Galabru dans son livre Les Rôles de ma vie. En effet, le tournage reprend quelques jours plus tard dans une ambiance extrêmement tendue. La production décide de stopper les prises de vues à Saint-Tropez, préférant continuer non loin de là, à Port Grimaud. Un an et demi plus tard, après enquête, la cascadeuse sera condamnée à 2000 francs d’amende avec sursis. Quant au producteur Gérard Beytout, il payera des dommages et intérêts aux victimes.

    LOUIS DE FUNÈS VOYAGE DANS LE TEMPS

    Au départ, il était prévu que ce dernier opus du Gendarme envoie Cruchot dans l’espace. Le Maréchal-des-logis chef et sa petite équipe devaient accomplir l’entraînement des cosmonautes et grimper à bord de la fusée Ariane ! Pendant le voyage, le véhicule spatial était percuté par un autre engin et commençait à tourner à l’inverse de la rotation terrestre. 120 jours plus tard, les gendarmes regagnaient la Terre et s’aperçevaient qu’ils avaient voyagé dans le temps ! Ils se retrouvaient à Waterloo en 1815. Nos compères s’entretenaient avec Napoléon en personne et lui venaient en aide pour la bataille. Louis de Funès partait ensuite à la rencontre de son arrière-grand-père, Ernest Cruchot.

    Finalement, l’Empereur les accusait de trahison. Les gendarmes embarquaient à nouveau dans leur vaisseau et repartaient pour un autre voyage dans le temps pour rentrer à leur époque. Arrivés à Saint-Tropez, ils se rendaient compte qu’un monument (inauguré par Brigitte Bardot !) avait été érigé en leur mémoire car tout le monde les croit morts. Cette histoire abracadabrantesque n’a finalement pas été retenue. Certaines idées seront toutefois conservées pour La Soupe aux choux, écrit par Jean Halain et réalisé par Jean Girault. Ce dernier préfère se tourner vers un récit plus terre-à-terre, optant pour Le Gendarme et les gendarmettes.

    À l’époque, les premères femmes commencent à entrer dans la Gendarmerie nationale et le metteur en scène préfère jouer là-dessus. Le cinéaste décèdera malheureusement pendant le tournage à l’âge de 58 ans, laissant son assistant, Tony Aboyantz, terminer le film. Ce sera un nouveau succès, le dernier de Louis de Funès, avec 4,2 millions d’entrées en salles en 1982. Le comédien nous quittera peu après, le 27 janvier 1983.

    TESTEZ VOS CONNAISSANCES AVEC NOTRE QUIZ LOUIS DE FUNÈS

    Vidéo: Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête Bande-annonce VF (Allocine)

      Source: Lire L’Article Complet