Sur Twitter, Jean-Marie Bigard a posté une vidéo demandant à “tous les maires” de lui donner leur signature pour la présidentielle de 2022.

Après s’être montré indécis et avoir déclaré qu’il ne comptait pas véritablement succéder à Emmanuel Macron, Jean-Marie Bigard reprend de plus belle sa campagne pour l’élection présidentielle de 2022. On ignore donc s’il souhaite s’inspirer de la victoire surprise de Donald Trump en 2016 – un exemple qui prouve pourtant que les meilleures blagues sont les plus courtes – , mais une chose est sûre : l’humoriste souhaite “foutre un sacré bordel“, comme il l’a écrit sur Twitter ce 29 juin. 

Très remonté contre le gouvernement et la classe politique française dans son ensemble, Jean-Marie Bigard souhaite faire trembler le pouvoir et exprimer la colère des français à travers sa candidature. Celui qui a poussé des coups de gueules féroces contre Anne Hidalgo et le président de la République ces derniers mois a publié une vidéo où il mêle second degré et requête sérieuse : “Il me manque plus que mes 500 signatures. Enfin, j’en ai déjà quelques unes. Spontanément, il y a des maires qui m’ont contacté et qui m’ont dit qu’ils étaient okay. Quel kiff ce serait d’avoir mes 500 signatures avant tout le monde ! Ça, ça serait du sport. Ce serait super. Je vous fais des gros bisous, je m’adresse à tous les maires de tous les villages, de toutes les villes : donnez-moi votre signature. Merci d’avance !“.

À lire également

Brigitte Macron fait une visite surprise sur le tournage d’une série française

S’il rencontre trop de difficultés à obtenir ses signatures, Jean-Marie Bigard pourra toujours miser sur le bluff, à l’image de Coluche il y a quarante ans. “En fait, la vraie, vraie vérité, nous on n’avait qu’une signature. Et on a menti tout le temps“, a révélé Romain Goupil, son associé devenu directeur de campagne, dans Touche pas à mon poste en février dernier sur C8. Une rumeur, jamais avérée, clamait que l’Élysée avait fait pression sur les maires afin qu’ils refusent de donner leur signature à Coluche. 

Nicolas Perron

Source: Lire L’Article Complet