Grand chef d’orchestre, pianiste et compositeur, c’est à Léonard Bernstein que l’on doit le répertoire musicale de ce chef-d’oeuvre absolu qu’est “West Side Story”. Les 30 ans de son décès sont l’occasion de vous livrer une petite anecdote sur lui.

Il y a tout juste 30 ans, le 14 octobre 1990, nous quittait le grand compositeur, chef d’orchestre (il fut directeur de l’Orchestre philharmonique de New York durant 11 ans) et pianiste Leonard Bernstein, à l’âge de 72 ans.

C’est à lui que l’on doit quelques unes des plus belles partitions du 7e art comme celle du chef-d’oeuvre d’Elia Kazan, Sur les quais, pour laquelle il fut cité à l’Oscar de la Meilleure musique en 1955. Mais plus encore mémorable, celle de West side Story, dont le répertoire est entré au Panthéon de la comédie (dramatique) musicale.

Pour la petite anecdote, ce dernier s’identifiait du reste volontiers au grand Gustav Mahler. Il vénérait si bien ce grand compositeur que Bernstein fut le premier à enregistrer les neuf symphonies de Mahler (de 1960 à 1967, pour CBS) et à faire rejouer, en 1972, la Cinquième Symphonie à l’Orchestre philharmonique de Vienne, qui ne l’avait plus joué depuis l’Anschluss en 1938. C’est dire le symbole.

Lorsqu’il décéda, Bernstein fut ainsi inhumé avec une copie de poche de la 5e symphonie de Mahler, mais aussi une baguette de chef-d’orchestre, une pièce porte-bonheur d’un Penny, une pièce d’ambre… Et un exemplaire du conte Alice au pays des merveilles !

Ci-dessous, Bernstein et l’Orchestre philharmonique de New York en concert au Royal Albert Hall à Londres en 1976, interprétant un morceau légendaire de George Gershwin, Rhapsody in Blue...

Source: Lire L’Article Complet