Franck Monsigny, l’interprète de Martin dans “Demain nous appartient”, est revenu pour nous sur l’évolution de son personnage et sur sa relation avec Virginie Corkas. Sans oublier de nous teaser l’intrigue incendie qui va bouleverser la série.

AlloCiné : Depuis cet été, Martin vit une histoire d’amour compliquée mais aussi très forte avec Virginie. Qu’est-ce que vous pouvez dire sur la manière dont les choses vont évoluer entre eux au cours des prochains épisodes de Demain nous appartient ?

Franck Monsigny : Virginie et Martin, pour l’instant, ça joue sur l’amour impossible. L’opposition est toujours un élément très fort dans une histoire d’amour, et là en l’occurence l’opposition c’est Jules, le fils de Virginie, qui n’accepte pas cette relation. Donc tant qu’on peut faire durer le plaisir, à savoir “Est-ce qu’ils vont ? Est-ce qu’ils ne vont pas ?”, ça permet aux gens de se demander s’ils ont envie de les voir ensemble. Personnellement, ça me fait du bien de voir Martin dans des scènes plus intimes. On voit davantage sa sensibilité, sa fragilité. Et c’est marrant de voir qu’il gère au commissariat et qu’il ne gère pas forcément avec les femmes (rires).

Du côté du commissariat, justement, les choses ont évolué ces derniers mois, avec les départs de Lucie et de Karim, et l’arrivée d’Aurore et de Sara. Vous êtes content de ces nouvelles recrues ?

Évidemment. Camille Genau, qui incarne Sara, a une vraie plus-value. C’est une jeune comédienne que j’admirais depuis le début, comme plein d’autres jeunes de la série qui sortaient de l’école et jouaient déjà comme des grands, et je suis très content qu’elle ait rejoint les intrigues policières et le commissariat. Et Julie Debazac, son arrivée s’est faite sans chichis, elle s’est facilement intégrée. C’est une maman de trois enfants, qui dit les choses comme elle les pense. C’est assez simple avec elle. C’est le genre de comédienne avec qui j’aime jouer car on peut s’appuyer sur elle. Et puis le personnage apporte beaucoup d’humour. On est sur une énergie différente de celle qu’apportait Lucie, qu’on adorait également.

Justement, en parlant de Lucie, comment avez-vous vécu le départ de Lorie Pester au printemps dernier ?

Normalement. Ça faisait quand même deux ans pour elle. Je comprends totalement qu’on puisse avoir besoin de s’aérer pour se consacrer à d’autres projets professionnels ou à des projets personnels.

Et puis elle est censée revenir l’année prochaine en théorie…

En théorie elle est censée revenir oui (rires). Ça va faire du monde au commissariat !

La particularité des personnages de flics dans Demain nous appartient c’est qu’ils sont de toutes les intrigues puisqu’il n’y a plus une seule arche narrative sans disparitions ou sans meurtres. Ça doit impliquer un sacré rythme de tournage…

De toute façon Demain nous appartient est une série policière au fond donc oui on est obligé de se mêler de tout. Mais le tournage est cadré, on tourne 8 à 9 séquences d’une heure par jour lors des journées chargées. Une journée de 8-9 heures c’est ce que font sensiblement tous les Français. Mais c’est vrai que le soir quand on rentre on doit travailler nos textes et le matin avant de tourner on doit passer au HMC [habillage, maquillage, coiffure, ndlr]. Ce sont donc des journées un peu plus grasses que le commun des mortels mais ça reste très vivable si on a une hygiène de vie adaptée.

Est-ce que vous avez des envies pour Martin, des souhaits d’évolution ?

Oui, concernant la dynamique policière j’ai proposé aux auteurs de la série qu’on travaille sur un attentat non abouti, car ce serait bien le créneau de Martin et on n’a encore jamais abordé ce sujet à Sète. Où il se passe pourtant déjà beaucoup de choses. Et sinon j’aimerais bien aller vers davantage de comédie. On ne s’en doute pas, et tant mieux car au départ Martin n’a pas été écrit pour être rigolo, mais j’ai joué beaucoup de comédies par le passé, que ce soit au théâtre ou dans mes premiers courts métrages. Et c’est vrai que dans l’intrigue avec Georges et Victoire on a eu peu touché à ça et on s’est vraiment marré. C’était simple pour nous de le faire et je trouve qu’on est plutôt bons là-dedans. Et c’est important d’insérer un peu de légèreté au commissariat.

La prochaine grosse intrigue de la série sera centrée sur l’incendie du mas ostréicole. Est-ce que vous allez en faire partie ?

Bien sûr. Surtout quand on sait qui dort au mas (rires). Martin sera impliqué professionnellement mais aussi sur le plan plus personnel car il y aura une vraie inquiétude par rapport à Virginie et à Jules. Et en terme de logistique on est sur quelque chose d’encore plus costaud que l’accident de bus l’an dernier.

Les photos de l’intrigue incendie qui va bouleverser Demain nous appartient :

Source: Lire L’Article Complet