• De très nombreux longs-métrages sont disponibles légalement sur Internet.
  • Il y en a pour tous les âges et tous les goûts.
  • « 20 Minutes » vous aide à vous y retrouver parmi les différentes offres.

Privés de salles obscures depuis plus de trois mois, vous voilà pris d’une soudaine envie de cinéma ! Comment trouver les trois films que vous avez envie de revoir là, tout de suite, maintenant ? Disons, par exemple, Happiness de
Todd Solondz, 12 hommes en colère de Sidney Lumet et Le 7e Sceau d’Ingmar Bergman ? Le vertige vous prend devant toutes les offres proposées par les plateformes de streaming.

Laquelle ou lesquelles privilégier pour obtenir ces films en toute légalité ? « Pas de panique, souffle Jean-Marc, grand amoureux de cinéma. Il suffit de se rendre sur le site Just Watch pour trouver ce qui est disponible. » Et votre vie va changer en un seul clic : on peut très facilement dénicher un lien vers ce que l’on cherche (film ou série) en streaming autorisé. Bonne idée, le moteur de recherche fonctionne par titre de films ou par nom (cinéaste, interprète). Mieux encore, le site signale les meilleurs tarifs pour visionner son « précieux » : forfait, achat ou location selon son désir.

L’embarras du choix

Les plateformes, il en existe de nombreuses. C’est la première constatation qui saute aux yeux quand on explore Just Watch et pourtant, certains films comme Happiness de Todd Solondz demeurent introuvables. Mais si l’on se fie à leur catalogue, il y en a pour tous les goûts, du plus « grand public » au plus pointu. « En ce qui me concerne, j’ai pris
Netflix ,
OCS et
Disney + , les deux premières pour les séries et les créations originales et la dernière pour le cinéma d’animation et les programmes pour enfants », déclare Isabelle, mère de famille quadragénaire. Il y a en effet de quoi occuper de longues soirées d’hiver sur ces trois plateformes, d’autant que s’est ajoutée 
Star, la nouvelle offre Disney qui promet 250 longs-métrages notamment du catalogue Fox (Titanic de James Cameron ou Rocky Horror Show par exemple) dès son lancement le 23 février.

Des films comme bonus

« Pour ma part, j’aime bien Amazon Prime Video et
Apple TV, recommande Fred, célibataire de 35 ans. J’ai obtenu la première en forfait avec une livraison rapide de mes commandes et la seconde est gratuite pendant un an parce que j’ai acheté une tablette chez Apple ! Un rapport qualité prix imbattable ! » Bien sûr, mais quid des contenus ? Et bien, on a la surprise de trouver et 12 hommes en colère et du Bergman chez Apple TV (dont mon cher Septième Sceau) tandis qu’Amazon Prime video met plus l’accent sur l’action avec des sagas comme Alien, Kingsmen ou des créations originales comme Borat 2.

Pour cinéphiles exigeants

« A la maison, on adore La Cinétek , raconte Claire, 32 ans : des cinéastes nous y présentent leurs œuvres favorites et tous les mois, une thématique permet de s’initier à des classiques d’un genre particulier. C’est idéal pour les cinéphiles comme moi et je peux montrer des classiques à mes enfants. » Chouette ! Ils ont Le Septième Sceau. Je n’ai plus qu’à cliquer pour l’acheter ou le louer et il est compris dans le forfait illimité. Tiens, on me propose d’autres films de Bergman par la même occasion… « J’ai pris La Cinétek mais aussi
Filmo TV parce qu’ils ont un choix énorme et des interviews détaillées d’artistes ainsi que des présentations permettant d’en savoir plus, explique Monique, la soixantaine, récemment retraitée. J’y retrouve des films de ma jeunesse et des nouveautés et je me sens plus savante. » Un classement par genre est fort pratique pour se retrouver dans les films. “Si je ne conservais qu’un seul abonnement, ce serait celui d’
Univers Ciné, rétorque Stéphane, 56 ans. L’interface pour s’y retrouver laisse un peu à désirer, mais c’est le must pour le cinéma indépendant : ils ont sans doute le plus grand catalogue de films disponibles” : mille pour l’abonnement mensuel, six mille pour la location à l’unité. Pas de trace d’Happiness de Todd Solondz pour autant.

Gratuits, vous avez dit gratuits ?

« Je n’ai pas un sou mais je suis curieux, précise Kevin, 22 ans et étudiant en cinéma. J’adore Henri, le site de la Cinémathèque parce qu’il propose des curiosités gratuitement ! Je suis tombé sur des films de Raoul Ruiz et de Jacques Rozier, merveilles dont je n’avais jamais entendu parler. »
MK2 Curiosity a aussi les faveurs des cinéphiles désargentés en proposant de découvrir, sans bourse délier, une sélection de curiosités par semaine (Mysterious Skin de Gregg Araki jusqu’au 18 février). Le reste de leur catalogue – payant – propose aussi des raretés signées Agnès Varda ou Alice Guy, Charles Chaplin ou Jacques Demy.
PlutoTV permet aussi de voir des films sans payer mais, pour l’instant, seules des versions françaises d’œuvres plutôt récentes et grand public sont disponibles pour des questions de droits et le contenu cinéma n’est pas (encore) très étoffé.

Pour les spécialistes

« Moi, la seule chose qui m’intéresse, c’est le cinéma d’horreur, martèle Cédric, 19 ans. L’arrivée de Shadowz a été une bénédiction. Ras-le-bol de payer pour des choses que je ne regarderai jamais ! » Alors, évidemment, on ne peut que le comprendre parce que Shadowz offre un cocktail bien frappé d’hémoglobine, de frissons et d’étrangété. Les monomaniaques aussi ont le droit de s’éclater comme les fans d’Anime, animation japonaise, qui peuvent trouver leur bonheur sur
Wakanim TV avec des sorties exclusives disponibles en même temps qu’au Japon ! Alors à chacune et à chacun de cliquer pour faire son choix, même s’il faut compter de 5 à 9 euros par plateforme et par mois, en attendant de pouvoir retourner voir du cinéma… au cinéma.

Source: Lire L’Article Complet