11 ans après le deuxième opus, No More Heroes III est enfin disponible sur Nintendo Switch. Est-ce un retour réussi pour l’assassin le plus puissant de l’univers ? On tranche la question dans notre test.

Après l’assez oubliable spin-off Travis Strike Again : No More Heroes, la saga complète sa trilogie avec No More Heroes III sur Nintendo Switch. Si le titre est longtemps resté un jeu de niche apprécié par quelques initiés, ce nouvel opus a l’ambition de séduire un plus grand nombre de gamers tout en conservant les éléments qui font son identité. Un pari réussi ?

No More idées de scénario

10 aliens complètement givrés et leur immense armée débarquent sur Terre pour tout détruire, qui d’autre que l’assassin otaku Travis Touchdown pour les repousser ? Le plan du chef alien Jess Baptiste VI, surnommé FU, est simple : organiser un jeu de conquête pour annihiler la planète. Pour sauver le monde, vous devrez donc vaincre un à un les boss du “Classement Galactique des Superhéros”. Vous l’aurez compris, comme dans les jeux précédents, le scénario de No More Heroes III ne vole pas très haut. Toutefois, ce genre de titre brille souvent davantage par le ton employé que par l’histoire racontée. Malheureusement ici, les dialogues volontairement stupides, les personnages qui brisent le 4ᵉ mur, les références à la pop culture et les quelques bons rebondissements du scénario ne font pas oublier la faiblesse d’écriture de ce troisième opus.

Les meilleurs combats de la licence ?

Avec No More Heroes III, on se retrouve face à un Hack ‘n’ slash pur jus. Il n’est donc pas étonnant, mais tout de même très plaisant, que la plus grosse réussite du titre soit son système de combat. Les batailles combinent les bonnes idées de tous les opus précédents pour nous permettre de jouer un Travis très fluide disposant d’une large palette de mouvements et d’une esquive parfaite ralentissant le temps un bref instant. Pour plus de stratégie, il est désormais possible de personnaliser votre personnage avec des puces de combat vous donnant un bonus sur certaines statistiques, mais un malus sur d’autres. Au début du jeu, l’ensemble des mouvements à connaître peut être assez déstabilisant, mais on prend vite beaucoup de plaisir à combattre nos ennemis de façon toujours différente. Les principaux éléments du combat de No More Heroes III sont :

  • Le système d’esquive parfaite
  • La roulette de Casino (donnant des bonus aléatoires en combat)
  • La possibilité de se déplacer en rechargeant le beam katana
  • La transformation en Mecha
  • Les Slash sur un ennemi en position de faiblesse
  • Les 4 pouvoirs du Death Glove (ralentir le temps, se téléporter, etc.)
  • Le mode Fureur de Travis (pour placer des coups spéciaux)

Un monde ouvert raté ?

Comme dans le premier jeu de la série, No More Heroes III vous permet d’évoluer dans un monde ouvert comptant 5 régions distinctes. Le titre s’organise autour de missions secondaires loufoques (déboucher les toilettes, tondre la pelouse, courses-poursuites sur l’autoroute, etc.) et de missions de défense où il faudra vaincre des vagues de mobs. Une fois que vous avez assez d’argent, vous pouvez payer votre ticket pour défier le prochain boss en arène et poursuivre votre aventure. Si durant les premières heures de jeu les activités proposées dans ce monde ouvert sont plaisantes, elles finissent par s’avérer assez répétitives et ne manqueront pas d’ennuyer le joueur condamné à farmer pour payer son prochain combat de boss. S’ajoute à cela une chute de framerate dramatique lors des phases d’exploration à moto (qui se conduit d’ailleurs comme un vrai camion benne).

No More Heroes III : La technique à la ramasse ?

Alors d’accord la Nintendo Switch n’est pas la console la plus puissante du marché et on peut donc pardonner l’aliasing à foison et les textures franchement datées, mais No More Heroes III n’en reste pas moins très moyen visuellement. La distance d’affichage du jeu laisse franchement à désirer, le clipping est monnaie courante et les bâtiments d’une même zone sont presque tous semblables. Et encore, il ne s’agit là que des principaux problèmes du jeu qui semble parfois totalement bâclé. Par exemple, rentrer dans un autre véhicule avec votre moto fera tout simplement disparaître ce dernier … C’est d’autant plus dommage que tous ces problèmes viennent gâcher une direction artistique vraiment inspirée. Le mélange d’une interface en pixels flashy et d’un chara design assez taré avait tout pour plaire aux amateurs de jeux à l’identité visuelle tranchée.

En définitive, No More Heroes III marque-t-il le grand retour de la licence sur le devant de la scène du jeu vidéo ? Comme on a pu le voir, le jeu n’est pas dénué de bonnes idées, que ce soit dans les combats, la direction artistique ou même la bande originale. Néanmoins, dans l’ensemble, les 12 heures nécessaires pour terminer la campagne principale sont plombées par les défauts techniques et la platitude du scénario de ce nouvel opus. Pour faire court, si vous n’êtes pas un fan de la franchise ou un accro aux Hack ‘n’ slash, mieux vaut vous abstenir de tester No More Heroes III.

Source: Lire L’Article Complet