Les lésions du ménisque sont douloureuses : elles peuvent notamment survenir après un traumatisme sportif. On fait le point.

Restez informée

Lésions du ménisque : de quoi parle-t-on exactement ?

Mini-leçon d’anatomie. Chaque genou comporte deux ménisques : le ménisque interne (ou ” médial “) situé à l’intérieur de la jambe, et le ménisque externe (ou ” latéral “) situé à l’extérieur de la jambe.

Ces ” coussinets ” cartilagineux en forme de croissant participent au bon fonctionnement de l’articulation : ainsi, les ménisques assurent la jointure entre le haut du tibia et le bas du fémur, facilitent le glissement entre le fémur, le tibia et la rotule, et servent d’amortisseur à l’articulation du genou.

Lésions du ménisque : dans quels cas surviennent-elles ? Chez la personne jeune, une lésion du ménisque peut survenir en cas de mouvement anormal du genou (traumatisme en torsion) : il peut notamment être question d’un accident de ski.

Chez la personne plus âgée, des lésions méniscales dites ” dégénératives ” peuvent se développer, à cause du vieillissement et des micro-traumatismes subis tout au long de la vie. Il est à noter que certains professionnels sont plus susceptibles que d’autres de développer des lésions méniscales : cela concerne en particulier les métiers où on travaille beaucoup en position accroupie et/ou on porte des charges lourdes (BTP, déménagement, voirie…).

Lésions du ménisque : quels sont les symptômes ?

On l’a dit : chez la personne jeune, la lésion du ménisque résulte souvent d’un traumatisme brutal. On ressent alors une douleur subite et intense au niveau du genou. Chez la personne plus âgée, les symptômes sont plus discrets : la douleur apparaît à l’effort, ou lorsque la personne pivote sur elle-même ou s’accroupit. La douleur peut même réveiller durant la nuit, lorsqu’on change de position.

De manière plus générale, les lésions du ménisque provoquent les symptômes suivants :

  • des douleurs persistantes au niveau du genou, situées en particulier sur la face interne et/ou externe de l’articulation,
  • des périodes où le genou semble gonflé,
  • des sensations d’ ” accrochage ” au niveau du genou : le genou craque, il semble instable,
  • des ” blocages ” du genou qui surviennent subitement dans certaines positions : le genou semble ” bloqué “, il n’est plus possible de tendre la jambe.

Lésions du ménisque : comment sont-elles diagnostiquées et quels sont les traitements ?

Diagnostic. Outre l’examen clinique et l’interrogatoire du patient, le diagnostic de lésion méniscale est posé grâce à des examens d’imagerie médicale.

Le médecin généraliste / le médecin du sport / le médecin spécialisé (chirurgien orthopédiste, rhumatologue…) pourra notamment prescrire une radiographie du genou (pour identifier d’éventuelles lésions osseuses : de l’arthrose, une fracture…) ainsi qu’un examen IRM du genou (afin de visualiser précisément la lésion méniscale, ainsi que l’état des ligaments du genou et des cartilages articulaires).

Traitements. Si la lésion méniscale résulte d’un traumatisme brutal, il est indispensable d’arrêter immédiatement l’activité physique en cours, de mettre de la glace sur l’articulation (pour calmer l’inflammation), de surélever la jambe (s’il y a un gonflement) et de mettre le genou au repos.

En cas de lésions méniscales, le médecin pourra prescrire des médicaments anti-inflammatoires et/ou antalgiques, voire des infiltrations si nécessaire. Si la lésion est peu importante, une immobilisation du genou (avec une attelle) sera préconisée, suivie de séances de rééducation. Si la lésion est importante, la chirurgie peut être indiquée : la méniscetomie partielle (sous arthroscopie mini-invasive) consiste à retirer la partie lésée du ménisque et à faire une suture pour réparer la déchirure.

Et du côté des médecines douces… L’huile essentielle de gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima Wall.) est à la fois anti-inflammatoire et antalgique : elle réduit l’inflammation et atténue la douleur provoquée par la lésion méniscale. On la dilue à hauteur de 20 % (1 goutte d’huile essentielle dans 4 gouttes d’huile végétale, par exemple de l’huile d’arnica) et on masse chaque jour le genou douloureux.

Attention : cette huile essentielle est contre-indiquée avant l’âge de 6 ans, chez la femme enceinte et allaitante, chez les personnes traitées par anti-coagulants, ainsi que chez les personnes souffrant d’eczéma, d’asthme, d’ulcère ou de hernie hiatale.

Merci au Dr. Marc Perez, médecin du sport et ostéopathe, co-auteur de Soulagez vous-même vos douleurs avec l’ostéo-gym – Dr. Marc Pérez et Alix Lefief-Delcourt, éd. Leduc.S.

Source: Lire L’Article Complet