Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Ballonnements, inconfort digestif, diarrhées, douleurs abdominales, carences… Découvrez les signes d’une intolérance au gluten, la différence avec une allergie au gluten, et les traitements possibles de la maladie de cœliaque.

Quels sont les signes d’une intolérance au gluten ?

Tout d’abord, lorsque l’on parle d’intolérance au gluten, il est important de faire la différence entre une sensibilité au gluten (qui se caractérise notamment par des ballonnements), et la maladie de cœliaque, bien plus insidieuse, qui est une maladie chronique auto-immune de l’intestin.

Dans le cadre des réactions indésirables au blé, la maladie la plus connue est celle que l’on appelle la maladie cœliaque, qui désigne en réalité l’intolérance au gluten.

Environ un tiers de la population en France a une prédisposition génétique à cette intolérance au gluten, qui peut se révéler à n’importe quel âge mais qui ne touche qu’un Français sur 10 : un jour, on devient sensible à quelque chose que l’on tolérait jusqu’à présent, ce qui entraîne une réaction immunitaire.

Dans les personnes qui se plaignent de sensibilité au gluten, il faut distinguer l’allergie alimentaire au blé, qui ne se manifeste pas par des signes digestifs, contrairement à l’intolérance au gluten.

Les symptômes fréquents d’une allergie au blé sont :

  • Une rhinite
  • Un problème respiratoire
  • Une conjonctivite
  • Une urticaire

Les signes d’une intolérance au gluten peuvent être :

  • Des diarrhées
  • Des ballonnements
  • Un inconfort digestif
  • Des douleurs abdominales
  • Un amaigrissement
  • Des carences multiples

D’autres symptômes associés à cette maladie auto-immune doivent alerter :

  • Un rhumatisme inflammatoire
  • Le diabète
  • Des troubles de la thyroïde
  • Une infertilité

Maladie cœliaque : les conséquences de l’intolérance au gluten

Même sans signe digestif, dans le cas de la maladie cœliaque, on a quand même une malabsorption au niveau de l’intestin grêle, qui peut entraîner des carences (calcium, vitamine D), avec un risque de déminéralisation des os, et un risque de fractures.

Aussi, la consommation de gluten va stimuler les cellules en permanence, ce qui peut expose à des risques plus élevés de cancer (lymphome de l’intestin grêle, par exemple).

Comme dans le cas de toutes les maladies auto-immunes, le système immunitaire peut être affaibli, et être plus vulnérable face aux agressions.

Existe-t-il des tests pour savoir si l’on est intolérant au gluten ?

En cas de symptômes ou de doute, il est recommandé de consulter son médecin généraliste.

Pour savoir si on est intolérant au gluten, il va être nécessaire d’identifier un anticorps dirigé contre un enzyme, appelé transglutaminase cellulaire, grâce à une prise de sang (remboursée par la Sécurité Sociale). L’objectif est d’y mesurer le taux d’un certain type d’anticorps, révélateurs de la pathologie.

Attention, en cas de doute, il faut consulter son médecin avant de supprimer soi-même le gluten de son alimentation quotidienne. Car, s’il y a suspicion d’intolérance au gluten (maladie cœliaque), et si on arrête le gluten, au bout de quelques semaines ou mois, les anticorps vont disparaître et ne pourront plus être visibles lors de la prise de sang.

Chez l’enfant, si l’intolérance au gluten est confirmée, et si la forme de la maladie est classique, on les met au régime sans gluten.

Chez l’adulte, il est nécessaire de réaliser une fibroscopie pour prélever des biopsies, afin de voir s’il y a déjà une infiltration, et s’il faut adapter le traitement et la prise en charge.

Enfin, il est possible de tester sa prédisposition génétique, grâce à un test sanguin, qui lui, n’est pas remboursé.

Traitements : comment guérir d’une intolérance au gluten ?

Même si les spécialistes étudient des pistes pour la prise en charge de l’intolérance au gluten, aucun médicament n’a encore pu être trouvé, en raison d’un rapport bénéfice/risque trop faible.

Dans certains pays, des médicaments qui seraient capables de “détruire le gluten”, sont disponibles, mais ils ne sont pas distribués en France. Aussi, des essais sont réalisés pour des traitements qui ont pour but de bloquer les réactions immunitaires qui surviennent dans l’organisme au contact du gluten, mais ce ne sont, pour le moment, que des pistes envisagées.

Une fois que l’intolérance au gluten est déclenchée, que la maladie cœliaque est confirmée, il n’existe donc aujourd’hui pas de traitement pour la soigner. La seule solution est de ne plus ingérer de gluten, en adoptant un régime alimentaire sans gluten, à vie, grâce à l’aide d’un diététicien.

Bon à savoir : si la maladie cœliaque est diagnostiquée, l’Assurance Maladie prend en charge partiellement le coût des aliments sans gluten. Ce n’est pas le cas en cas de simple sensibilité ou d’allergie au gluten.

Quels sont les aliments qui ne contiennent pas de gluten ?

De nombreux aliments du quotidien contiennent du gluten (dans le pain, dans les pâtes…). Parfois, le gluten peut même être caché, car utilisé comme épaississant, dans la composition de certains médicaments, de sauces ou encore de chewing-gum.

Pour être sûr de ne pas consommer du gluten lorsque l’on est intolérant, il faut cuisiner à partir de produits bruts, non transformés, et apprendre à lire les étiquettes, car tous les amidons ne sont pas des amidons de blé !

À noter que l’inscription “trace de gluten” sur une étiquette, indique que la quantité de cet amidon est minime, donc que l’aliment est consommable par une personne intolérante, mais ne l’est pas pour les patients atteints d’allergie au gluten.

Les aliments que l’on peut cuisiner, manger, sans se poser de question lorsque l’on souffre d’une intolérance au gluten sont :

  • Les légumes
  • Les fruits
  • Les pommes de terre
  • Le maïs
  • Les légumes secs
  • Le quinoa
  • La viande
  • Le poisson
  • Les œufs
  • Les laitages

Merci au Professeur Stéphane Schneider, Gastro-entérologue et hépatologue (CHU Nice), membre du Comité médical de l’Association Française Des Intolérants au Gluten (AFDIAG), www.afdiag.fr

À lire aussi :

⋙ Nos meilleures recettes sans gluten simples et rapides pour tous les jours

⋙ Farines sans gluten : la liste des alternatives à la farine de blé

⋙ Témoignage : “Intolérance au gluten, c’est pas facile à vivre”

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet