Tout le monde connaissait les répercussions physiques de la Covid-19, mais cette étude sur les conséquences psychiatriques et neurologiques révèle des chiffres préoccupants…

Alors que l’épidémie de Covid-19 ne semble pas s’arranger, le journal spécialisé “The Lancet Psychiatry” publie une étude très préoccupante sur les conséquences invisibles de la Covid-19, qui ne demeurent pas moins inquiétantes… Sur 236 379 patients, un sur trois souffre de problèmes psychiatriques ou neurologiques dans les six mois suivant la contraction du virus. Sur les 34 % diagnostiqués, 17 % souffrent d’anxiété et 14 % de trouble de l’humeur, d’autres cas plus rares sont observés, comme certains patients victimes d’AVC, de démence ou encore d’hémorragies cérébrales. L’étude a démontré que certains malades de la Covid seraient d’avantage sujets à ces troubles…

NEW—One in three #COVID19 survivors received a neurological or psychiatric diagnosis within six months of infection, an observational study of more than 230,000 patient health records published in @TheLancetPsych estimates. Read https://t.co/995Qs1TQzj pic.twitter.com/fkTqh6LZP8

“The Lancet Psychiatry” révèle que près de la moitié des patients admis en réanimation, ont souffert de ces syndromes six mois après l’infection. Paul Harrison, professeur à l’Université d’Oxford au Royaume-Uni, explique qu’au niveau individuel ces cas sont faibles, mais qu’à grande échelle, les systèmes de santé pourraient en pâtir. De plus, les scientifiques ont examiné les données de 236 000 patients ayant souffert d’autres pathologies. Le risque de troubles psychiatriques ou neurologiques est 44 % plus élevé après la Covid que la grippe, et 16 % plus élevé concernant les patients qui ont souffert d’infections respiratoires. Malheureusement, ces diagnostics psychiatriques sont aussi en augmentation de manière générale, notamment en raison de la situation anxiogène et de l’isolement…

Source: Lire L’Article Complet