Le gouvernement chinois n’a pas eu d’autre choix que de faire marche arrière concernant sa politique de l’enfant unique…

À la fin des années 1970, la population chinoise atteignait presque le milliard d’habitants, une situation très inquiétante pour le gouvernement. Deng Xiaoping, le numéro 1 de la République populaire de Chine de l’époque, met alors en place de lourdes amendes pour ceux qui auraient plus d’un enfant : c’est le commencement de la politique de l’enfant unique. Avortements et stérilisations forcés, les Chinois ont souffert pendant plus de 30 ans. En 2016, pour faire face à la chute du taux de natalité, le régime autorise les couples à avoir deux enfants, mais aujourd’hui la Chine va encore plus loin. Ce matin, le pays a annoncé le droit d’avoir jusqu’à 3 enfants. Loin de vouloir laisser plus de libertés à leurs citoyens, c’est plutôt que le gouvernement n’a pas vraiment eu le choix…

Le Bureau politique du #PCC a déclaré lundi, lors d’une réunion, soutenir les couples qui souhaiteraient avoir trois enfants. pic.twitter.com/bdXYhHorIJ

Il y a trois semaines, le recensement décennal (2020) a été publié et les chiffres ont effrayé le régime communiste. La population vieillit de plus en plus avec 18,7 % de la population qui a plus de 60 ans, et la chute du taux de natalité inquiète également. Celle-ci peut-être expliquée par la hausse du coût de la vie (logements, éducation), la diminution des mariages mais aussi les grossesses plus tardives pour les femmes qui souhaitent construire leur carrière. Pour pallier ce problème, le gouvernement souhaite alors mettre en place “un soutien aux familles” et également reculer le départ de l’âge à la retraite. De plus, si la Chine est le pays le plus peuplé avec 1,44 milliards d’habitants, l’Inde n’est pas bien loin derrière avec 1,38 milliards de citoyens. Le pays communiste pourrait donc se faire voler sa place de première population mondiale, une “défaite” qui ne plairait pas au président chinois Xi Jinping, au pouvoir depuis 2013…

Source: Lire L’Article Complet