Parce que ces jeunes femmes ne veulent plus vivre dans la peur sur l’île où elles sont nées et qui a enregistré 375 homicides en vingt ans, elles sont de plus en plus nombreuses à rejoindre les rangs des collectifs anti-mafia.

Défiant la loi du silence, le machisme délétère, dénonçant les “magouilleurs” qui font régner la terreur et assassinent en toute injustice, ces courageuses lanceuses d’alerte parlent aujourd’hui pour défendre un autre projet de société. Nous sommes allé·es les écouter.





Source: Lire L’Article Complet