L’humoriste français dit avoir été agressé dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 août 2020, par des policiers de Saint-Denis, alors qu’il rentrait tranquillement chez lui en trottinette électrique. Il dit avoir été insulté, puis jeté par terre par trois agents.

Youssoupha Diaby a raconté l’agression à caractère supposé raciste dont il a été victime, dans la nuit de dimanche à lundi, sur le boulevard Marcel-Sembat à Saint-Denis (93), où il réside. Il rentrait de Paris, où il avait travaillé son nouveau spectacle de stand-up. “Je roule en trottinette sur la route (…) Je peux pas rouler sur le trottoir en trottinette électrique sinon je m’éclate. J’entends un bruit derrière et j’essaie de me mettre un peu sur le côté, mais c’est un peu serré”, raconte-t-il sur Instagram.

“Là ça passe à côté de moi à fond et j’entends : “Eh tu crois que c’est la route à ta mère ?” J’ai dit : “Ouais, c’est la route à ma mère”. Et c’était des keufs en fait. Ils se sont mis en biais devant moi, j’ai pas eu le temps de freiner, j’ai jeté la trottinette sur la voiture. Ça a fait paf. J’ai eu le temps de me rattraper”, poursuit l’humoriste français. C’est là que le policier l’agresse encore verbalement. “D’où tu me parles comme ça, t’es con ou quoi ?”, répond-il alors au policier. “D’où tu me parles comme ça sale bâtard, aurait alors insulté le policier.

“Ils viennent, ils m’attrapent, ils me jettent par terre. Ils me mettent contre le grillage. Ils prennent mon sac à dos, ils le jettent par terre”, déplore-t-il, surtout attristé par la situation.

“J’ai toujours été un bon garçon. Vous entendez jamais de trucs bizarres sur moi. J’ai jamais dit : ‘n*que la police’ ou fait ces trucs d’imbéciles. Si j’aime pas les gens, je les calcule pas. Mais là, j’ai vraiment la haine de ouf contre eux. Ils viennent, ils jettent mon sac à dos par terre. Y’avait une caméra à 4 000 balles dedans…“, poursuit Youssoupha Diaby.

Aujourd’hui, il remercie sa notoriété grandissante, surtout sur les réseaux sociaux. Lorsque s’est produite la scène, “plein de jeunes” sont arrivés. Sinon, il aurait été seul avec les trois policiers. “Qui sait le genre de dinguerie qui aurait pu m’arriver“, déplore-t-il. Depuis des années, des habitants dénoncent la même chose. “Les policiers de Saint-Denis, arrêtez de jouer aux cow-boys. Il faut dire la vérité : c’est un putain de job de raciste”, ajoute le jeune humoriste, évoquant entre autres les contrôles au faciès.

Des comportements “en dehors du cadre légal”

Avec son témoignage, Youssoupha Diaby a reçu une vague de soutien sur les réseaux sociaux. L’ancien membre du Jamel Comedy Club dit cependant attendre des actes, que la préfecture de police de Paris ne semble pas prête à donner. Auprès du Parisien, l’institution considère “ne pas avoir à commenter” les faits. Si cette personne se sent lésée, elle a tous les moyens de recours pour aller voir les services compétents chez nous, et déposer plainte“, ont-ils simplement indiqué.

L’espoir se trouve désormais auprès du maire Mathieu Hanotin (PS), qui a demandé à recevoir Youssoupha Diaby. Il n’y a heureusement pas eu de drame, mais si les faits sont avérés, ces comportements se situent en dehors du cadre légal (…) Il n’y a pas de caméra à l’endroit où cela s’est produit. Mais les voitures de police sont, normalement, équipées de vidéosurveillance. On devrait donc pouvoir obtenir une vidéo de ce qui s’est passé, a-t-il annoncé à nos confrères. L’humoriste a déjà accepté son invitation.

Une publication partage par ‘Youssoupha Diaby (@youssouphadiaby) le


Source: Lire L’Article Complet