Fan d’astrophysique, Alexandre Astier a envoyé un joli cadeau à Thomas Pesquet : le premier volet de Kaamelott le film. Les remerciements de l’astronaute, alors en mission dans la Station spatiale internationale, sont restés lettre morte, a raconté le réalisateur à C à Vous, ce mercredi 24 novembre.

Les fans de Kaamelott le savent, Alexandre Astier et Thomas Pesquet partagent une passion commune pour l’astrophysique. Le réalisateur, auteur de L’Exoconférence en 2015, a eu la bonne idée d’offrir un cadeau à l’astronaute français. Ce dernier, alors en mission dans la Station spatiale internationale, a reçu en avant-première le premier volet du film Kaamelott, en juillet dernier. Une jolie attention qui n’est pas due au hasard : Thomas Pesquet est un grand fan de la saga. Il a d’ailleurs tenu à remercier Alexandre Astier en lui téléphonant depuis sa mission Alpha.

Visiblement, les remerciements de Thomas Pesquet n’ont pas atteint leur destination finale. Sur le plateau de C à Vous, ce mercredi 24 novembre, Alexandre Astier a raconté cette drôle d’anecdote. « J’ai loupé son coup de fil ! Quand je reçois un numéro de téléphone que je ne connais pas, je ne réponds pas, comme beaucoup d’entre nous. Et c’était lui, de l’ISS ! », a révélé l’acteur de 47 ans avec humour. Qu’à cela ne tienne, le très médiatique astronaute a tout de même remercié publiquement le créateur de la série. « La patience est un plat qui finit toujours par payer : Kaamelott premier volet a fait le trajet jusqu’à l’ISS ! », avait-il annoncé sur Twitter.

La patience est un plat qui finit toujours par payer : Kaamelott premier volet a fait le trajet jusqu’à l’ISS ! Maintenant il ne me reste plus qu’à prendre quelques photos du royaume de Logres 📸🏰🐗

« Ils n’ont pas un Internet de ouf ! »

Envoyer ce film très attendu dans l’espace n’a pas été une mince affaire. Si Thomas Pesquet a bien décollé avec l’intégrale de la série Kaamelott, Alexandre Astier a dû déployer des trésors d’imagination pour transmettre le fichier du film à la Station spatiale internationale. « Il a fallu le faire partir dans un tout petit tuyau car grande surprise, le tuyau entre nous et l’ISS est pas si gros que ça en fait. Ils n’ont pas un Internet de ouf !« , a expliqué le comédien sur le plateau d’Anne-Elisabeth Lemoine, précisant que l’astronaute avait dû visionner le fameux long-métrage sur un écran minuscule.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran France 5

Autour de

Source: Lire L’Article Complet