L’émission L’Heures des pros, diffusée ce mardi 10 août sur Cnews, a évoqué l’assassinat du père Olivier Maire en Vendée, survenu la veille. Les invités de Julien Pasquet sont revenus sur les propos tenus par Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur.

Emmanuel Abayisenga, un homme âgé d’une quarantaine d’années d’origine rwandaise, est suspecté d’avoir assassiné le père Olivier Maire, ce lundi 9 août. Le suspect était déjà connu des services de police puisqu’il a avoué l’incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020. Ce dernier était sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français.

Depuis, les critiques fusent à l’encontre de Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, qui s’est affiché dernièrement au bras de sa femme. Ce dernier, qui s’est rendu sur les lieux du drame le jour même, a expliqué les raisons pour lesquelles Emmanuel Abayisenga se trouvait toujours en France. “Suite à l’incendie qu’il y a eu à la cathédrale de Nantes, nous ne pouvions pas exécuter la décision d’expulsion du territoire national de cette personne puisqu’elle a été pendant plusieurs mois en prison, puis libérée sous contrôle judiciaire et ce contrôle judiciaire prévoyait explicitement qu’elle ne pouvait pas quitter le territoire national en attendant la décision de justice”, a déclaré le ministre sur Cnews.

Gérald Darmanin “se dédouane lui-même personnellement”

Une déclaration qui a fait l’objet d’un débat, ce mardi 10 août dans l’émission L’heure des pros, diffusée sur Cnews. “D’une certaine manière, il renvoie la responsabilité sur le ministère de la Justice”, affirme Julien Pasquet, le présentateur. Un ministère avec lequel les relations sont déjà tendues pour le ministre nordiste. “Là où Gérald Darmanin est extrêmement mal à l’aise, c’est qu’il est envoyé sur le terrain parce qu’il est ministre de l’Intérieur et des cultes et que c’est à lui d’y aller. Il dit d’ailleurs ‘je viens au nom d’Emmanuel Macron’, il se dédouane lui-même personnellement, estime Valérie Lecasble, journaliste et directrice générale de HK-Stratégies, société de conseil en relations publiques. Et d’ajouter : Il se retrouve à parler de la justice et comme on lui a tapé sur les doigts en lui disant d’arrêter de taper sur de la justice, il est extrêmement mal à l’aise.” “Il le fait quand même un peu”, avance Julien Pasquet. “Il le fait un peu, mais en creux plus que directement. Ce n’est pas lui qui devrait être là”, conclut Valérie Lecasble.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet