Ce mardi 3 mai, France 2 diffusait Cent Jours, un documentaire consacré aux mandats présidentiels. L’occasion pour Édouard Philippe d’évoquer son expérience en tant qu’ancien Premier ministre et cette « peur panique » qui lui a fait perdre sept kilos en une semaine !

Édouard Philippe a eu la transformation physique la plus frappante. Peu connu du grand public lorsqu’il est nommé Premier ministre d’Emmanuel Macron en 2017, le maire du Havre, alors âgé de 46 ans, se retrouve « dans une situation qui est probablement assez originale ». Invité du documentaire Cent Jours, diffusé sur France 2 ce mardi 3 mai, le leader du parti Horizons a levé le voile sur sa plus grande panique et sa perte de poids fulgurante : « Il m’arrive quelque chose. Je ne sais pas si c’est arrivé à mes prédécesseurs, je suis pris d’une peur panique, physique« , s’est-il rappelé. « Dans la semaine qui a précédé ma nomination, j’ai perdu six ou sept kilos en une semaine tellement j’étais angoissé à l’idée de cette possibilité« , a révélé l’ancien Premier ministre.

Contrairement à ses prédécesseurs, Édouard Philippe n’a « pas participé à la campagne du président de la République ». Pire encore, le haut fonctionnaire de 51 ans, ne le connaît « que très peu ». Pourtant, l’époux d’Édith Chabre est aussitôt contacté par le secrétariat d’Emmanuel Macron au lendemain de l’élection présidentielle, « pour que nous puissions nous voir très rapidement ». Après ce coup de fil, Édouard Philippe réalise enfin « qu’il (Emmanuel Macron NDLR) pensait sérieusement à cette option juste avant le deuxième tour« , a assuré le haut fonctionnaire. « Il n’évoque jamais cette possibilité avec moi, il n’a jamais dit ‘si tu étais premier ministre’, mais je comprends que c’est à ça qu’il réfléchit« .

>> PHOTOS – Edouard Philippe : l’ex Premier ministre joue les stars au Festival de Deauville

Edouard Philippe, marqué par l’exercice de Premier ministre

Lorsque le maire du Havre annonce son départ de Matignon en 2020, son visage, marqué par la fonction n’échappe à personne. Rides en plus et chevelure grisonnante, son vitiligo – maladie de peau accentuée par une période intense de stress – devient un sujet de conversation. En l’espace de quelques mois, sa barbe vire au blanc, mais Édouard Philippe n’a jamais souhaité dissimuler cette particularité, devenue son principal atout.

2017 – – – – 2020 😨

#remaniement#Philippe #Castex pic.twitter.com/JoIkec9OAE

Crédits photos : Capture d’écran France 2

Autour de

Source: Lire L’Article Complet