Un homme, âgé de 45 ans, déjà condamné par le passé pour une lourde série d’agressions sexuelles et tentatives, a avoué le viol et le meurtre d’une adolescente de 15 ans le 20 août 2020 à Nantes.

Restez informée

Samedi 29 août 2020, un homme de 45 ans au passé judiciaire très chargé, a été mis en examen et placé en détention provisoire à Nantes. Le 20 août dernier il a avoué le viol et le meurtre d’une lycéenne de 15 ans. Le suspect avait déjà été condamné par le passé à 18 ans de réclusion criminelle. Un jugement rendu en décembre 2005 devant la cour d’assises de la Vienne. Les jurés l’avaient reconnu coupable de 9 viols, de 3 tentatives de viol et d’une agression sexuelle, sous la menace d’une arme, le tout commis entre 2001 et 2003. Libéré en 2016, l’homme avait retrouvé du travail, avant de déménager à Mésanger, en Loire-Atlantique. “Il avait même trouvé une compagne. On a pu penser à une forme de stabilisation“, a indiqué le procureur adjoint de la République de Nantes. Il n’y avait “pas le moindre élément qui puisse (laisser) penser à une fragilisation de l’intéressé ces derniers temps qui aurait pu le conduire à passer à l’acte“, a précisé le magistrat, soulignant qu'”il voyait une fois tous les deux mois un psychothérapeute“.

Le violeur a utilisé le même mode opératoire

Quand l’accusé se rend à Nantes, rue Adolphe-Moitié, le 20 août dernier, c’est bien dans le but de passer à l’acte, a-t-il reconnu lors de sa garde à vue. “La victime passait par là, elle a eu le malheur de lui plaire“, a expliqué le magistrat. Il parvient à la faire monter en lui demandant de l’aide pour porter un carton, mode opératoire déjà utilisé dans le passé. Violée, l’adolescente a ensuite été étranglée avec un câble. Puis, l’homme asperge sa victime d’eau de javel et met le feu à l’appartement. Les pompiers, appelés pour un incendie, ont découvert son corps. Verbalisé pour stationnement gênant le jour des faits, le suspect a été identifié par les enquêteurs. Son ADN a également été retrouvé sous les ongles de la victime.

Interpellé jeudi 27 août 2020, “il a livré spontanément des aveux précis et circonstanciés“, a expliqué Pascal Gontier, directeur interrégional adjoint de la police judiciaire de Rennes. L’homme a été déferré deux jours plus tard au parquet de Nantes. Une information judiciaire pour homicide volontaire suivi d’un autre crime en récidive, viol en récidive et destruction volontaire par incendie en récidive a été ouverte.

A lire aussi : Michel Fourniret et Monique Olivier : pendant ses ébats sexuels, le couple rejouait les scènes de viols sur les jeunes filles kidnappées

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet