Le 7 septembre 2021, RMC Story diffuse le documentaire Michael Schumacher : en quête de vérité que Femme Actuelle a pu visionner. L’occasion d’évoquer le tempérament de feu du “Baron rouge” qui a parfois mis ses interlocuteurs très mal à l’aise…

  • Michael Schumacher

Un comportement insoupçonné. Le 7 septembre 2021, RMC Story rendra hommage au plus grand champion de Formule 1 dans le documentaire Michael Schumacher : en quête de vérité, que Femme Actuelle a pu visionner. L’occasion de revivre minute par minute le terrible accident de Méribel en 2013 qui lui a presque coûté la vie. Si le “Baron rouge” a été sauvé in extremis par les neurochirurgiens de Grenoble, le père de famille sera cependant paralysé à vie. Pire encore, selon certains de ses proches, il serait désormais dans un état végétatif. Interrogées par nos confrères, plusieurs personnalités sportives se sont souvenues du caractère sulfureux du pilote automobile allemand…

Michael Schumacher : un homme “froid”, “pas très bienveillant”…

Dans le documentaire diffusé sur RMC Story, des images rarement diffusées à la télévision témoignent d’une grosse dispute survenue dans les coulisses du Grand prix de Belgique en 1998. Percuté par le pilote écossais David Coulthard, Michael Schumacher, dans sa monoplace rouge Ferrari, finira la course sur trois roues. Une fois extirpé de son véhicule, Michael Schumacher se rue vers son adversaire au stand McLaren pour lui régler son compte. “Schumacher était un killer, comme les Anglais disent, c’était un tueur”, se rappelle Ziv Knoll, spécialiste de F1. Un tempérament de feu que Michael Schumacher, alias “le bad boy”, faisait parfois subir à son entourage, même en dehors des compétitions…

Interrogé au sujet du pilote allemand, le journaliste Arnaud Bédat se souvient d’un homme intimidant, parfois même désagréable : “C’était le pilote un peu casse-cou, prêt à tout avec un caractère pas très bienveillant“, confie-t-il aux caméras de RMC Story. De son côté, Luc Alphand, champion de ski, évoque un homme au visage fermé : Il était froid, un peu germanique au premier abord. Ce n’est pas le plus avenant, ce n’était pas sa marque de fabrique… Mais c’était une machine”, explique-t-il. Un caractère bien trempé et déterminé qui lui a permis de décrocher sept fois le titre de champion du monde, 91 victoires en Grand Prix de Formule 1 et 68 fois la première place du podium. N’est pas une légende qui veut…

Source: Lire L’Article Complet