Interview.- L’actrice de 25 ans incarne Daphne Bridgerton, une jeune aristocrate éprise d’un duc inaccessible, dans la dernière production de Shonda Rhimes. L’occasion d’évoquer avec son interprète, Phoebe Dynevor, ce qui l’a séduite dans ce rôle, le caractère féministe de son personnage, ou encore sa complicité avec son partenaire de tournage Regé-Jean Page.

La Chronique des Bridgerton serait-elle le «nouveau Gossip Girl», comme l’avance The Cut ? Dans cette série d’époque estampillée Netflix, et produite par Shonda Rhimes (Grey’s Anatomy), Lady Whistledown fait régner la confusion au sein de l’aristocratie britannique du XIXe siècle. L’auteure anonyme – et narratrice omnisciente – dévoile dans une revue les secrets les mieux gardés de ce milieu. Exit le célèbre «XOXO» de Gossip Girl, place à «votre dévouée» Lady Whistledown. Doublée par Julie Andrews, elle examine à la loupe le quotidien de ses concitoyens.

Quitte à compromettre le destin amoureux de Daphne Bridgerton, une jeune femme issue d’une puissante dynastie anglaise, à la recherche de son futur époux. Celle-ci s’éprend peu à peu de l’inaccessible duc d’Hastings, réticent à l’idée de se marier. À l’approche de la sortie du show sur Netflix, prévue le 25 décembre, Madame Figaro s’est entretenu – virtuellement, pandémie oblige – avec Phoebe Dynevor, qui incarne l’héroïne de La Chronique des Bridgerton. L’actrice de 25 ans, connue pour son rôle dans la série Younger, a évoqué pêle-mêle le caractère inédit de ce nouveau projet, son admiration pour Shonda Rhimes et sa complicité avec l’acteur Regé-Jean Page.

Des femmes puissantes

Phoebe Dynevor et Claudia Jessie incarnent deux sœurs, Daphne et Eloise, dans la série produite par Shonda Rhimes.

Madame Figaro.- Vous incarnez Daphne Bridgerton dans La Chronique des Bridgerton, une série produite par Shonda Rhimes. Quelles sont les raisons qui vous ont poussée à prendre part à ce projet ?
Phoebe Dynevor.- On m’a proposé de passer l’audition, et les premiers mots qui ont retenu mon attention étaient «Shonda» et «Netflix». C’était évidemment un moteur pour moi. J’ai toujours été une fan des séries produites par Shondaland. J’adore Scandal. Je trouve que Kerry Washington a un rôle de femme puissante dans ce show. Par ailleurs, l’idée que Shondaland s’attaque à une série d’époque me paraissait très excitante. Je me suis dit : «Ces rôles de femmes seront écrits de façon à leur donner du pouvoir.» Je ne sais pas si cela a toujours été le cas dans tous les drames d’époque. J’ai également eu un coup de foudre pour le scénario, qui était passionnant.

L’héroïne que vous incarnez est-elle féministe, selon vous ? De quelle manière cela se manifeste-t-il dans la série ?
Eloise, la sœur de Daphne, est le personnage féministe par excellence de cette série. C’est celle qui ne veut pas se conformer aux us et coutumes de la bonne société. Elle n’est pas d’accord avec la manière dont les femmes sont traitées. On pourrait se dire : «C’est elle la féministe, pas Daphne.» Mais Daphne est tout simplement née à la mauvaise époque. Son but est d’aimer et d’être aimée en retour. Elle se conforme donc aux attentes de son milieu, afin de voir ce souhait exaucé. Elle n’est peut-être pas féministe au premier coup d’œil, mais elle ne rend de comptes à personne. Elle refuse d’épouser quelqu’un dont elle n’est pas amoureuse. Elle sait ce qu’elle veut, mais elle évolue dans une société qui ne lui permet pas toujours de l’obtenir. Au fil des épisodes, elle reprend peu à peu le pouvoir.

Elle est, au départ, consciente qu’elle n’a d’autre choix que de s’adapter aux bonnes mœurs de son époque…
Oui, elle en est très consciente. Mais elle sait aussi qu’elle a certaines possibilités. Elle peut dire «non». Elle n’est pas enchaînée, elle a une voix, qu’elle trouve progressivement au cours des épisodes.

“Je tiens à ma liberté”

Vous êtes-vous découvert des points communs avec Daphne Bridgerton ?
À première vue, nous n’avons évidemment pas grand-chose en commun. Mais ce que j’aime chez elle, c’est son côté empathique. C’est une qualité indispensable pour un acteur. Nous sommes toutes les deux intéressées par les gens, nous voulons comprendre la manière dont ils fonctionnent. Daphne n’en veut jamais à quelqu’un, parce qu’elle comprend dans quelle situation se trouvent les gens. Elle sait notamment que son frère aîné, Anthony, doit faire preuve d’autorité envers elle, car sa place dans la société le lui impose. Elle ne veut faire faux bond à personne.

En vidéo, “La Chronique des Bridgerton”, la bande-annonce

À l’inverse, qu’est-ce qui vous différencie de votre personnage ?
Daphne a vraiment envie de fonder une famille. Elle veut se marier, avoir des enfants. Au final, cela a probablement à voir avec son époque. Si elle n’était pas née à cette période, peut-être qu’elle aurait eu d’autres ambitions. Je suis certainement un peu plus indépendante. Mais, encore une fois, qui sait, peut-être que c’est parce que j’ai la possibilité de l’être. La famille est quelque chose d’important pour moi, mais je tiens aussi à ma liberté, à faire ce qui me plaît.

Entrés dans la danse

Regé-Jean Page et Phoebe Dynevor entrent dans la danse durant le premier épisode de “La Chronique des Bridgerton”.

Comment s’est passé le tournage avec Regé-Jean Page, qui incarne dans la série le duc d’Hastings, Simon Basset, et grand amour de Daphne ?
Cela s’est fait de manière fluide, car nous avons eu six semaines de préparation avant le tournage. Nous avons donc eu tout notre temps pour apprendre à nous connaître. Nous avions un chorégraphe génial, avec qui nous répétions toutes les danses du show. C’est de cette manière que naît la connexion entre Daphne Bridgerton et le duc – durant les scènes de bal. Lorsque l’on danse, il y a celui qui dirige, et celui qui suit le mouvement. Il faut donc avoir confiance en son partenaire. Nous avons compris cela, et lorsque le tournage a commencé, nous étions prêts.

Pensez-vous que La Chronique des Bridgerton est le nouveau Gossip Girl ?
Beaucoup de gens comparent La Chronique des Bridgerton à d’autres séries, comme Downton Abbey et Gossip Girl, et oui, bien sûr, le show possède certaines de leurs caractéristiques. Mais je pense aussi que la série a quelque chose d’unique dans la manière dont elle est réalisée. Je pense que ce show est un programme d’un genre inédit, quelque chose de jamais vu.

Source: Lire L’Article Complet