Dans les colonnes du Parisien, ce lundi 12 juillet, plusieurs amis d’Emmanuel Macron ou membres du gouvernement ont évoqué les grandes lignes qui seront abordées lors du discours du président, mais aussi la nécessité pour ce dernier d’agir face au risque réel d’une quatrième vague de l’épidémie.

La quatrième vague de l’épidémie semble sur le point d’arriver en France, notamment à cause de la circulation du variant Delta. De quoi pousser Emmanuel Macron à donner une allocution, ce lundi 12 juillet, à 20 heures. Au cours de cette dernière, le président de la République devrait aborder la question de l’évolution de la crise liée au Covid-19, mais aussi évoquer l’obligation de la vaccination pour les soignants, ainsi que l’extension du pass sanitaire. Comme l’indiquent nos confrères du Parisien, le chef de l’État n’a pas vraiment le choix.

“Bien sûr qu’il ne fait pas cela pour emmerder les Français. Mais là, il est au pied du mur, il n’y a pas de place pour les états d’âme”, a estimé un ami du président, travaillant au Parlement. Un ministre a, pour sa part, rappelé qu’il “y a l’urgence sanitaire”, mais qu’il faut aussi prendre en compte “la question de l’acceptabilité de la population” : “Les gens en ont marre et redoutent des contraintes lourdes pour leurs vacances. Le Président est sur une ligne de crête.” Un proche d’Emmanuel Macron a également souligné que celui-ci n’est pas vraiment un adepte des restrictions, mais qu’il n’a pas tout un panel d’options devant lui : “C’est constitutif de sa personnalité. Il déteste les verrous, les contraintes.”

Un “outil pour continuer de sortir”

Malgré tout, le chef de l’État doit agir au plus vite s’il compte freiner la circulation du variant Delta. Un membre du gouvernement a d’ailleurs confié, auprès du Parisien : “Bien sûr que c’est contre-intuitif par rapport à l’ADN politique du président sur les libertés. Mais c’est la même question qu’il s’est posée quand il a fallu confiner le pays. Et il a fait ses choix.” Un autre proche d’Emmanuel Macron a souligné que ce dernier “est surtout pragmatique” par rapport à la situation actuelle et à son évolution. “Grâce au pass sanitaire, on a l’outil pour continuer de sortir, s’amuser, de voir des amis dans les lieux publics. En somme être libre et continuer de vivre”, a-t-il lancé, dans les colonnes de nos confrères. Reste à voir ce que le président va officiellement mettre en place et annoncer durant son discours à l’Élysée.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Eliot Blondet/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet