Melania Trump n’a pas été épargnée ces derniers jours par les polémiques. Les médias américains s’en sont donné à cœur joie et, pour une fois, elle a décidé de leur répondre.

Au contraire de son mari, Melania Trump n’a jamais critiqué publiquement la presse. Encore moins menacé. Mais la Première dame des États-Unis est au centre de l’attention depuis que Stephanie Winston Wolkoff, son “amie” et ex-conseillère, a fait des révélations fracassantes à son sujet. Scandales et polémiques ont vite pris possession des réseaux sociaux alors, Melania Trump a répondu… à sa manière.

La First Lady, qui est très impliquée dans la lutte contre les addictions, a tenu jeudi 3 septembre une table ronde sur la drogue. Elle a annoncé l’événement sur Twitter, et en a profité pour tancer la presse américaine. “J’encourage les médias à se concentrer sur la crise nationale de la drogue, et à en rendre compte, et pas sur les ragots délirants et malveillants.” Ragots qui se sont propagés à une vitesse folle depuis l’interview de Stephanie Winston Wolkoff dans le Washington Post, et la sortie de son livre Melania and Me : The Rise and Fall of My Friendship with The First Lady le 1er septembre.

This afternoon I will be hosting a roundtable with some incredible citizens in recovery & the amazing organizations that support them. I encourage the media to focus & report on the nation's drug crisis, not on delusional & malicious gossip.

L’ex-conseillère de Melania Trump a “tant de choses” à dire

Stephanie Winston Wolkoff a notamment levé le voile sur la rivalité qui oppose Melania Trump à sa belle-fille Ivanka Trump. Elle a également révélé que la Première dame utilisait sa messagerie privée, et non celle sécurisée fournie par la Maison Blanche, “pour mener des activités gouvernementales”. Mais ce n’est pas tout.

Stephanie Winston Wolkoff assure avoir en sa possession des enregistrements dans lesquels Melania Trump n’est vraiment pas tendre avec son mari. Elle a retranscrit une partie des échanges dans son livre, dans lequel elle s’est concentrée exclusivement sur sa relation avec la Première dame. Elle a confié au Washington Post qu’elle avait dû se réfréner, parce qu’elle avait “tant de choses” à raconter.

Crédits photos : Imago / Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet