Marlène Schiappa sera tête de liste à Paris pour les élections régionales d’Ile-de-France. Une annonce qui semble déplaire à de nombreux membres de La République en marche.

A propos de


  1. Marlène Schiappa


  2. Cyril Hanouna

Marlène Schiappa serait-elle actuellement la mal-aimée de La République en marche ? Oui, si l’on en croit les réactions de certains membres du parti à la suite à l’annonce de sa candidature en tant que tête de liste à Paris, pour le compte de Laurent Saint-Martin, dans le cadre des élections régionales qui auront lieu le 20 et 27 juin prochain. D’après Chez Pol, la newsletter politique quotidienne de Libération, certains ne mâchent pas leurs mots. C’est le cas notamment d’un ponte du groupe LREM à l’Assemblée nationale qui explique : “J’espère qu’elle va se tôler. Je ne peux plus la voir en peinture.”

Un autre membre de la majorité présidentielle lui reproche également de ne pas se concentrer suffisamment sur son rôle de ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. “Il y a peu de raisons d’être enthousiaste. À Beauvau, n’a-t-elle pas d’autres priorités aujourd’hui ?” Et d’ajouter : “Elle a par ailleurs déjà mené un combat, aux municipales, pour finir à 8%.” Marlène Schiappa qui avait également tenté de se faire élire dans un conseil d’arrondissement à Paris l’année dernière, sans succès.

Schiappa candidate à Paris ? «Il y a peu de raisons d’être enthousiaste, résume un cadre de LREM. A Beauvau, n’a-t-elle pas d’autres priorités aujourd’hui ? Elle a par ailleurs déjà mené un combat, aux municipales, pour finir à 8%» (via @chez_pol) pic.twitter.com/yh90D4rUUf

Enchaînement de polémiques

Depuis quelque temps, l’ancienne adjointe de Jean-Claude Boulard, le maire du Mans, fait beaucoup parler d’elle. Vendredi 23 avril, alors que Cyril Hanouna a eu droit à un long portrait publié dans M, le magazine du Monde, Marlène Schiappa a assuré qu’elle souhaitait qu’il anime le débat lors des prochaines élections présidentielles.En 2022, c’est lui qui devrait co-présenter le débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle.” Pour cette membre de LREM, l’animateur est la personne idéale.”C’est quelqu’un de brillant, qui connaît la société française. Mais il est de bon ton de cogner sur lui, cela relève du mépris de classe.” Des propos étonnants qui n’ont pas non plus fait l’unanimité au sein de la classe politique.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet