Invité sur le plateau de BFMTV, dans la soirée du lundi 20 juin, Jean-François Copé a réagi aux résultats du second tour des législatives. Malgré les critiques, celui-ci reste convaincu qu’une alliance avec la majorité serait la solution pour regagner du terrain.

A propos de


  1. Jean-François Copé


  2. Emmanuel Macron

À l’issue du second tour des législatives, Jean-François Copé a appelé à un pacte entre Les Républicains et la coalition de la majorité présidentielle Ensemble. Le but de cette manœuvre ? Donner davantage de voix au parti de droite qui a obtenu 61 sièges à l’Assemblée, se plaçant juste derrière le RN qui en a emporté 89. Une suggestion qui a valu au maire de Meaux une salve de critiques : “On n’est déjà plus très nombreux, alors si on doit virer les gens qui ne sont pas d’accord…”, a-t-il confié à l’antenne de BFMTV, lundi 20 juin. Et d’ajouter, à destination de certains de ses collaborateurs : “Les gars, attendez ! Ne faites pas deux poids deux mesures, car il y a aussi tous ceux qui vous disent qu’ils aimeraient faire une alliance avec l’extrême droite, si vous les virez aussi à la fin on va être tout petit.

Pour tenter de convaincre Les Républicains de prendre exemple sur le MoDem et Horizons qui ont décidé de rejoindre le camp de l’actuel locataire de l’Élysée, Jean-François Copé s’est appuyé sur sa propre expérience : “J’étais président de l’UMP, c’était une autre époque, on se détestait déjà, mais au moins on gagnait et j’avais veillé à créer des mouvements donc il y avait des libéraux, des centristes, des pro-Européens, des souverainistes… Mais il y a avait un certain nombre de choses qui nous unissaient.” Et de conclure au micro de Maxime Switek : “C’était dans l’esprit de ce que Chirac avait fait avec l’UMP. Il avait dit : ‘Maintenant ça suffit, on doit être capable de se mettre au service des Français.’ […] On a une opportunité, et il n’y en aura pas 36, de tendre le bras à Emmanuel Macron.

💬 "On n'est déjà plus très nombreux, alors si on doit virer les gens qui ne sont pas d'accord…"

Jean-François Copé (@jf_cope) répond à ceux qui souhaitent son départ des Républicains ⤵ pic.twitter.com/aXOw4KTlZM

>> PHOTOS – Gouvernement d’Emmanuel Macron : Gérald Darmanin, Pap Ndiaye… découvrez les ministres d’Elisabeth Borne

“Nous resterons dans l’opposition”

Si une partie des LR serait tentée par une coalition avec la majorité, le président du parti, Christian Jacob, a décidé de camper sur ses positions, lui qui avait déclaré vouloir former une “opposition utile au pays” avant les législatives. “C’est un échec cinglant pour Emmanuel Macron, qui paye le cynisme qui a été le sien d’avoir en permanence instrumentalisé les extrêmes”, avait-il indiqué devant un parterre de journalistes à l’annonce des résultats. Et d’ajouter : “Pour ce qui nous concerne, nous avons fait campagne dans l’opposition, nous sommes dans l’opposition, nous resterons dans l’opposition.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet