LES SCÈNES LES PLUS TORRIDES DU CINÉMA – Cet été, Gala vous propose de retrouver les grandes sagas qui ont illustré le magazine au fil du temps. En 2012, Abdellatif Kechiche décide de réunir Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos à l’écran, dans La vie d’Adèle. Pour ce film, les deux actrices sont allées très loin, quitte à le regretter…

C’est une année dont Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos se souviendront longtemps, tant elle fut… intense, voire éreintante. Si la première était déjà une actrice reconnue, la deuxième a été révélée au grand public grâce à La Vie d’Adèle, film subversif du non moins sulfureux réalisateur Abdellatif Kechiche. Depuis ce rôle, pour lequel elle a donné de sa personne, Adèle, devenue maman, a enchaîné les rôles bouillonnants à l’écran. “J’aime les personnages avec des failles parce qu’on a beaucoup de liberté lorsqu’il s’agit de se laisser traverser par des émotions, des névroses”, confiait-elle au magazine Le Temps, en juin 2019. En l’espace de sept ans, et à tout juste 26 ans, la comédienne a déjà partagé l’affiche avec Charlize Theron, Javier Bardem, Virginie Efira, Gaspard Ulliel, Guillaume Gallienne… pour ne citer qu’eux. Une carrière qui n’aurait sans doute pas été la même sans le rôle d’Adèle, grâce auquel tout a commencé pour elle…

« Ce que vous voyez à l’écran, on l’a vraiment fait, c’est sûr. » A la sortie du film, Léa Seydoux se montre catégorique. Dans La vie d’Adèle, ses scènes torrides avec Adèle Exarchopoulos ne sont pas simulées. Baisers, caresses appuyées, cunnilingus, claques sur les fesses, râles, orgasmes… Trois séquences d’ébats amoureux, dont une de plus de six minutes, au cours desquelles rien n’est caché… ou presque. Mais, contrairement à ce qu’affirme Léa Seydoux, les deux actrices n’ont pas réellement fait l’amour. Adèle Exarchopoulos a d’ailleurs ironisé sur le sujet : « Quand on meurt dans un film, on ne meurt pas dans la vie. Donc on n’a pas couché ensemble. » Elles se sont bien roulé des pelles, elles étaient intégralement nues, leurs corps se touchaient. Toutefois, elles étaient protégées.

Pierre-Olivier Persin, créateur d’effets spéciaux et maquilleur sur le film, a révélé par la suite avoir, à la demande d’Abdellatif Kechiche, fabriqué des prothèses hyperréalistes de leurs parties intimes, conçues à partir du moulage en plâtre du sexe des actrices, puis recouvertes de poils pubiens et peintes couleur chair. Ces tulles en silicone très fin évitaient tout contact direct entre les deux jeunes femmes. Mais cela ne les a pas empêchées de devenir très complices. « Comme on a commencé direct par les scènes de cul, ça a très vite brisé la glace entre nous », confie Adèle Exarchopoulos. Il leur a fallu dix jours pour tourner la plus longue d’entre elles, sans chorégraphie ni véritable préparation, « en total free style ». Léa Seydoux avoue sa lassitude sur la fin : « Je te mettais des claques sur les fesses pendant des heures et des heures. » Sa copine acquiesce : « On avait tellement hâte de terminer ces scènes qu’on donnait tout. »


Après les récompenses, les règlements de compte : les deux actrices raconte le climat de terreur sur le tournage

Au final, le résultat est bluffant. Sensuelles, parfois crues, toujours esthétiques, elles servent parfaitement la magnifique histoire d’amour qu’est avant tout La vie d’Adèle, l’une des plus belles que Steven Spielberg ait vue, comme il l’a confié par la suite, ajoutant qu’il tenait à ce que ses enfants voient le film. Avec son jury, lors du festival de Cannes 2013, ils décernent d’ailleurs une triple Palme d’or (un fait unique) à La vie d’Adèle et à ses deux actrices. Kechiche triomphe mais, très rapidement, la parenthèse enchantée se referme. La polémique s’invite, et pas là où on l’attendait. Ce n’est pas le sexe montré sans tabou à l’écran qui choque, mais la manière dont le réalisateur a traité ses actrices sur le tournage.

Ce sont d’ailleurs elles qui allument l’étincelle lors d’un entretien accordé pendant l’été aux Etats-Unis. Elles dénoncent le trop grand nombre de prises de vue pour les scènes d’amour, dont elles affirment avoir découvert le résultat, gênées, à Cannes ; elles évoquent surtout cinq mois horribles, dans un climat pesant, rythmés pas des crises de larmes et des coups de gueule. Adèle Exarchopoulos parle de « manipulation », Léa Seydoux jure qu’elle ne tournera plus avec Kechiche. Le réalisateur réplique, se dit humilié et déshonoré, et estime que le film ne devrait même pas sortir car « il a été trop sali ». Par la suite, les deux jeunes femmes nuancent leurs déclarations. Surtout Adèle. Elle estime que ses propos ont été inventés ou mal interprétés. Interdit aux moins de douze ans, La vie d’Adèle finit par sortir en salles le 9 octobre et sera vu par plus d’un million de spectateurs. Un succès.

Sept ans plus tard, Abdellatif Kechiche refait parler de lui avec un autre film très éprouvant pour ses acteurs

Cette année, Abdellatif Kechiche a de nouveau créé la polémique à Cannes, mais dès la présentation de son nouveau film, Mektoub, my Love : Intermezzo. En cause ? Sa durée – 3 h 30 –, mais surtout une scène de treize minutes, intense et très crue, d’un cunnilingus réalisé dans les toilettes d’une boîte de nuit. La Croisette est choquée. L’actrice Ophélie Bau, principale concernée, monte les marches mais n’assiste pas à la projection, pas plus qu’à la conférence de presse le lendemain. Le cinéaste affirme qu’elle a tourné en pleine conscience, sans menaces, et qu’il a même accepté sa demande de changement de partenaire dans la scène incriminée afin que ce soit Roméo de Lacour, dont elle est tombée amoureuse, qui opère. Il a même invité son actrice à la table de montage pour couper les plans qui la gênaient. Personne ne sait donc sous quelle forme sortira le film, s’il sort un jour, et combien de temps durera la fameuse séquence. Ainsi va la vie d’Abdel…

Texte de Jean-Christian Hay

Cet article est initialement paru dans le magazine Gala n° 1364, paru le 01 août 2019.

Retrouvez ci-dessous les précédentes sagas d’été de Gala :















Crédits photos : Venturelli/WireImage

Source: Lire L’Article Complet