En avril dernier, le prince William aurait été “durement” touché par le Covid-19 comme l’annonce en ce mois de novembre la presse britannique. À l’époque, le fils du prince Charles avait obligé toute sa famille à garder le silence.

On le sait, les membres de la famille royale ont parfois interdiction d’évoquer publiquement les crises qui frappent la couronne afin de préserver la monarchie et la stabilité du pays. Le Sun vient tout juste de révéler que le prince William aurait lui aussi été touché par le coronavirus, à l’instar de son père le prince Charles. Si la presse avait été informée de la contamination de l’héritier du trône, rien n’avait fuité concernant le diagnostic du prince William.

Une contamination pourtant connue de chacun des membres de la famille royale. Selon une source, la reine était inquiète lorsque William et le prince Charles – ses deux héritiers directs – ont tous deux été contaminés. Afin d’éviter de provoquer la panique au sein de ce pays qui compte plus de 46 000 décès des suites du coronavirus, ordre avait été donné par le prince William de ne pas piper mot dans la presse. Une allégation confirmée par une source royale qui dément néanmoins la forme relativement grave contractée par le prince William. “De ce que j’ai compris, il n’était pas alité et il a plutôt bien vécu cette période, continuant à travailler la plupart du temps”, a déclaré l’initié cité par Vanity Fair. Puis, l’informateur ajoute : “Ce n’était pas un secret pour la famille, mais William ne voulait pas que ça sorte parce qu’il ne voulait pas inquiéter la nation”. “À un moment comme celui-ci, la famille royale est très importante pour apporter stabilité et soutien à une nation inquiète”, faisait savoir une source à Vanity Fair à l’époque.

Un choix contesté

Après l’annonce de la nouvelle par le Sun, certains commentateurs royaux ont compris le choix du palais d’avoir caché l’état de santé du prince William, tandis que d’autres critiquent ce mensonge. Une source a de son côté déclaré au Sun que l’expérience vécue par le prince William l’avait certainement aidé à comprendre la gravité du virus et la nécessité de prendre des mesures pour arrêter la propagation. “Il sentait davantage qu’il se passait des choses importantes dans le pays”, a déclaré une source au tabloïd. “À la suite de sa propre expérience, il s’est rendu compte qu’absolument n’importe qui peut attraper cette terrible maladie – et sait à quel point il est impératif que nous prenions tous ce deuxième confinement au sérieux”. À partir de ce mardi 3 novembre, les Anglais devront rester confinés jusqu’au 2 décembre.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet