Alors qu’Anne Hidalgo a participé à un rassemblement des élus PS, ce lundi 12 juillet, Le Figaro révèle que la maire de Paris a le soutien de nombreux politiques, souhaitant la voir débuter officiellement sa campagne présidentielle.

L’élection présidentielle de 2022 se précise doucement mais il y a une femme politique vers qui toutes les têtes se tournent. Il s’agit d’Anne Hidalgo, qui n’a toujours pas annoncé officiellement sa candidature. Auprès du Figaro, ce lundi 12 juillet, le maire de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, a estimé qu’il ne faut pas précipiter les choses : “C’est elle qui décidera si elle y va, et quand.” Quoi qu’il en soit, comme le notent nos confrères, la maire de Paris semble d’ores et déjà prête à commencer sa campagne. Et elle peut déjà compter sur le soutien de plusieurs ténors socialistes en région.

Anne Hidalgo a en effet participé à un rassemblement des élus PS, organisé à Villeurbanne, à côté de Lyon. Lors de celui-ci, la maire de la capitale a lancé : “Changer la vie, c’est le moment, chers amis.” Elle a également espéré que s’ouvre “un chemin d’espoir”. “Les Français ont envie d’apaisement et d’avenir”, a-t-elle estimé, accordant une importance toute particulière au travail et souhaitant que celui-ci offre à la population la possibilité “de vivre dignement”, mais aussi de “trouver sa place dans la société”. L’une de ses priorités semble également être l’augmentation des revenus, qui n’est plus un point abordé dans le “débat public”, d’après elle. “Comment justifier qu’en France les salaires soient si bas pour les classes moyennes et les classes populaires ?”, a-t-elle déploré, décidée à “faire en sorte que du travail, on en trouve partout” au sein de l’Hexagone.

Anne Hidalgo, une éventuelle candidate très soutenue

La maire de Paris, qui n’a pas officialisé le début d’une quelconque campagne présidentielle, peut en tout cas compter sur le soutien des élus socialistes, dont elle s’est vraisemblablement rapprochée lors des récentes élections régionales. Comme le rapportent nos confrères, Carole Delga, la présidente du conseil régional d’Occitanie, compte dur comme fer sur la femme politique et encourage ses futures ambitions. “Nous devons être une armée derrière Anne Hidalgo, notre chef de file. Nous devons avoir le couteau entre les dents”, a-t-elle déclaré. De son côté, le maire d’Alfortville, Luc Carvounas, est ravi. “Dans les fédérations, les gens sont heureux. Ça fait du bien de retrouver une candidature qui peut l’emporter. En 2017, avec Benoît Hamon, on savait que c’était impossible”, a-t-il affirmé, prêt à encourager Anne Hidalgo si elle tente de faire sa place à l’Élysée.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet