Cela ne s’arrange pas entre Laurent Ruquier et Catherine Barma. Restés sans nouvelles l’un de l’autre pendant un long moment, l’animateur et son ancienne productrice sont désormais en guerre.

“Je n’ai pas revu Catherine Barma depuis mars 2020″, confiait Laurent Ruquier à Éric Dussart sur RTL le 8 mai dernier. Alors que l’ancien présentateur d’On n’est pas couché était prêt à tourner la page, son ex-productrice Catherine Barma n’était pas du même avis. En coulisses de ce divorce, un litige financier les oppose. Sans nouvelles l’un de l’autre, Laurent Ruquier a, par deux fois, réglé ses comptes avec elle à travers les médias. Il déplorait ainsi dans les colonnes du Monde son comportement grossier, pathétique et lâche”. Aujourd’hui, la guerre est déclarée, ils s’affrontent devant les tribunaux, rapporte Capital.

Le 21 avril dernier, l’animateur d’On est en direct a saisi en urgence le tribunal de commerce de Paris pour réclamer le paiement de 315 891 euros. De l’argent que selon lui France 2 lui doit, factures à l’appui. À cela s’ajoute 11 037 euros réclamé à Catherine Barma, par le biais de son agent Gilles Petit. Le 12 mai, la productrice réplique. Selon les informations de nos confrères, elle porte plainte à son tour devant le même tribunal. La fille du réalisateur Claude Barma reproche à son ancien associé d’avoir “rompu unilatéralement” le contrat qui les unissait depuis 2006, et lui réclame des indemnités.

“Elle fait même travailler des membres de sa famille !”

Avant d’en arriver là, Catherine Barma avait souhaité régler ce différend à l’amiable. Elle souhaitait que Laurent Ruquier prenne en charge la moitié de la quinzaine de licenciements effectués suite à l’arrêt de l’émission, en sa qualité de co-producteur d’ONPC. “Elle me demande de partager le coût de licenciement d’un personnel pléthorique dont je n’ai jamais demandé à ce qu’il soit engagé, hormis trois d’entre eux ! Elle fait même travailler des membres de sa famille !”, avait déclaré l’animateur au Monde. Sur ce dossier compliqué, en raison des accusations réciproques, le tribunal n’a pu juger en urgence la demande de Laurent Ruquier et prendra le temps qu’il faut pour examiner la question à travers une procédure au fond.

Crédits photos : RACHID BELLAK / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet