La communication gouvernementale continue de faire débat. Après la mise au point d’Emmanuel Macron, on imagine que la parole des ministres devrait être plus mesurée à l’avenir. Dans les colonnes du Figaro, Gérald Darmanin a été vivement critiqué par Florian Philippot, qui l’a qualifié de “speakerine de la place Beauvau”.

Il continue d’être la cible des critiques. En juillet dernier, Gérald Darmanin a été nommé place Beauvau, en remplacement de Christophe Castaner. Une promotion qui a fait grand bruit chez les Républicains, ses opposants politiques, mais également au sein des milieux féministes. Et pour cause, le ministre de l’Intérieur fait toujours l’objet d’une plainte pour viol. En parallèle de cette affaire, c’est désormais sa communication qui pose problème. Récemment, le locataire de la place Beauvau a affiché ses divergences avec Eric Dupond-Moretti, nommé Garde des Sceaux, sur l’emploi du terme “ensauvagement” pour qualifier l’insécurité.

Agacé par cette polémique qui a biaisé la communication gouvernementale de rentrée, Emmanuel Macron a tapé du poing sur la table. Lors d’un séminaire gouvernemental qui s’est tenu ce mercredi 9 septembre en visioconférence, le président de la République a recadré ses ministres : “Ne vous laissez pas dicter les termes du débat. Ne créons pas de polémiques entre nous, l’actualité est suffisamment dense pour ne pas donner du grain à moudre à nos opposants“, a-t-il déclaré. Et d’ajouter : “Il faut qu’on se séquence mieux, ce n’est pas possible de sortir comme cela dans tous les sens.”

Florian Philippot sévère avec Gérald Darmanin

En attendant de constater des changements au niveau des messages envoyés par le gouvernement, Florian Philippot a profité d’une interview accordée au Figaro pour tacler la communication du nouveau ministre de l’Intérieur : “M. Darmanin est devenu la speakerine de la place Beauvau”, a-t-il ironisé auprès de nos confrères. Ça n’est pas ce qu’on lui demande, on leur demande à tous d’agir”, a affirmé le président du parti Les Patriotes. Lors de son recadrage aux ministres, Emmanuel Macron a pour sa part déploré que “le débat politique” de fond se soit “perdu” dans les récentes controverses liées à l’usage du terme controversé “ensauvagement”, a-t-on pu lire dans des propos rapportés par Le Monde. Quant à Gérald Darmanin, ce n’est pas la première fois que son langage est pointé du doigt…

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet