Dans son édition du jeudi 3 juin 2021, Paris Match consacre un dossier à Bernard Tapie et ses problèmes de santé. Face au cancer, l’homme d’affaires continue de se battre, mais son nouveau protocole de soins se montre particulièrement affaiblissant.

  • Bernard Tapie

Bernard Tapie n’est pas du genre à s’avouer vaincu. Malgré ses démêlés judiciaires – il est actuellement jugé en appel pour “escroquerie” et “détournement de fonds publics” dans l’affaire de l’arbitrage de son contentieux avec le Crédit Lyonnais – sa récente agression pendant un cambriolage, et ses ennuis de santé qui semblent empirer de jour en jour… L’homme d’affaires ne se laisse pas abattre, loin de là. A 78 ans, il mène son combat contre le cancer d’une main de fer, rendant même “admirative” la Première dame Brigitte Macron. Mais ces derniers temps, son état de santé n’a cessé de se dégrader : l’ancien ministre a subi une énième intervention chirurgicale, après la découverte de nouvelles tumeurs sur la peau, les reins, l’abdomen, le cerveau, “et d’autres un peu partout”, d’après les propos de son fils cadet. C’est dans les colonnes de Paris Match, en kiosque jeudi 3 juin 2021, que Laurent Tapie s’est confié : Son état est très préoccupant, les chances statistiques sont épouvantables, mais mon père est un homme hors normes qui déjoue les pronostics”, a-t-il déclaré.

Je suis cassé complet !”

Paris Match décrit un Bernard Tapie “amaigri, la voix faible et éraillée”, ayant désormais des “difficultés d’audition”. Depuis sa dernière opération, il suit un nouveau protocole de soins des plus exténuants. Pour le soulager, il fait d’ailleurs régulièrement appel à une acupunctrice. “Je suis cassé complet ! Huit heures par jour au lit, j’ai l’air d’avoir 100 ans…, a-t-il avoué lui-même, lors d’une conversation téléphonique avec nos confrères. “Ce protocole, c’est un programme très lourd. Un truc expérimental. Plus rien ne marche dans les traitements classiques, a poursuivi l’ex-propriétaire de l’OM, avant de conclure fièrement : “Mais on me donnait deux ans, ça va faire quatre ans en septembre, alors faut pas charrier !”

Dans ce même magazine, nos confrères dévoilent les bonnes feuilles du livre Bernard Tapie : leçons de vie, de mort et d’amour, écrit par le journaliste Franz-Olivier Giesbert, à paraître le 10 juin aux éditions Les Presses de la Cité. L’on y découvre (encore un peu plus) la résilience incroyable de l’homme d’affaires. “Quand il a mal, il ne prend pas d’antidouleurs”, indique l’auteur de l’ouvrage, avant de dévoiler les paroles de Bernard Tapie : Je ne veux pas abandonner aux médicaments ma résistance à la douleur, aux inflammations, aux infections. Quand on me fait une chimio par exemple, je veille à ce qu’on ne me mette jamais de cortisone dedans.” Et Franz-Olivier Giesbert de conclure à son sujet : Qu’importe s’il souffre le martyre, pourvu que son corps ne baisse pas la garde, qu’il reste fort, sans aide extérieure, face à l’ennemi.”

A lire aussi : Françoise Hardy demande l’euthanasie pour “abréger les souffrances” dues à son cancer

Source: Lire L’Article Complet