Habitué de la Marche des Fiertés, Jack Lang a étonné le sociologue Frédéric Martel, cité par le magazine Paris Match ce jeudi 29 avril. Celui-ci s’est intéressé à l’homme derrière le politicien.

A propos de


  1. Jack Lang

Homme de culture et grand habitué de la Marche des Fiertés depuis sa première édition en 1983, Jack Lang a parfois souffert des préjugés, lui qui est pourtant habitué à choquer. Frédéric Martel en est la preuve. “J’avais l’image d’un Lang un peu dilettante, faisant de grands discours et dansant sur les chars de la Gay Pride, raconte le sociologue dans les colonnes du magazine Paris Match ce jeudi 29 avril. Mais lorsqu’il s’est plongé dans “des centaines d’archives” pour l’édition de l’ouvrage Une révolution culturelle. Dits et écrits (éditions Robert Laffont), il a enfin pu découvrir l’homme qui se cache derrière ce masque. “J’ai découvert un travailleur acharné, confirme-t-il. Allié des luttes LGBTQI+, il ne manque jamais le rendez-vous annuel et se fait porteur de messages en faveur de la communauté.

Tel en a été le cas en juin 2011, alors que le débat autour du mariage pour les couples homosexuels et lesbiens faisait grand bruit. “Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote”, ont fait savoir plusieurs manifestants sur leurs pancartes, ce jour de juin 2011. Interrogé par le journal Le Figaro au moment des faits, Jack Lang a confié qu’une loi reconnaissant d’abord le mariage pour tous puis l’homoparentalité était “inéluctable.” Le socialiste a vu juste. Plus d’une décennie après l’ouverture du PACS aux couples homosexuels, un projet de loi leur ouvrant le mariage civil a été déposé au Parlement, le 7 novembre 2012. Les débats et manifestations ont été nombreux mais la loi a finalement été adoptée le 23 avril 2013 avant d’être validée par le Conseil constitutionnel et promulguée le 17 mai de la même année.

“Assez de toutes ces histoires”

D’autres rumeurs et images lui collent cependant à la peau. À commencer par cette tribune pro-pédophilie dont il a été le signataire en 1977. Puis ces propos dans le magazine Gai Pied en 1991 : “La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages.” Déclarations qui lui ont valu de nombreux reproches alors qu’il était de passage à certaines Marches des Fiertés. Résultat, il lui est impossible de parler de telles polémiques sans froncer les sourcils. “Assez de toutes histoires”, tance-t-il d’ailleurs lorsque celles-ci lui sont évoquées.

Crédits photos : Marc Ausset Lacroix / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet