Depuis quatre mois, la famille royale d’Espagne est dans la tourmente. L’occasion de revenir sur la relation tumultueuse entre Juan Carlos et la reine Sofia qui, il y a quelques années, avaient dû mettre leurs rancœurs de côté pour faire bonne figure.

La famille royale d’Espagne est au cœur de plusieurs scandales depuis quatre mois. Soupçonné de corruption, Juan Carlos a vu sa réputation ternir davantage avec les révélations de la procureure générale de l’État espagnol. En effet, Dolores Delgado a confirmé que l’époux de la reine Sofia faisait l’objet de deux nouvelles enquêtes : une première ouverte pour des soupçons de blanchiment d’argent, et une seconde qui vise des dépenses de la vie courante “faites avec plusieurs cartes de paiement, dont se servait le roi Juan Carlos”, comme l’a rapporté Courrier international, relayant un article du média espagnol, Eldiario.

Pour éviter d’éclabousser le règne de son fils Felipe VI, Juan Carlos s’est exilé à Abu Dhabi au mois d’août, mais sans sa femme, la reine Sofia, qui a préféré rester avec sa famille à la résidence de Zarzuela, comme l’a précisé le journal El Pais. Un choix qui marquait une nouvelle fois les tensions qui pèsent au sein du couple depuis plusieurs années. Seulement voilà, pour soigner leur image, les mariés ont parfois dû faire preuve de diplomatie, comme le jour de la première communion de leur petite-fille, la princesse Leonor. C’était le mercredi 20 mai 2015, en la paroisse Notre-Dame de l’Assomption du quartier madrilène d’Aravaca. Contraints d’assister ensemble à cet événement, Juan Carlos et la reine Sofia n’avaient affiché aucun signe de complicité, et c’est le moins que l’on puisse dire ! Face à cette situation embarrassante, la reine Letizia d’Espagne avait même pris l’initiative de s’installer entre ses beaux-parents, pour la photo. De retour au palais de la Zarzuela pour le déjeuner et entourés de toute la famille, les grands-parents de Leonor s’étaient bien gardés de trinquer ensemble.

Un couple désuni

Selon la presse espagnole, les rumeurs d’adultère autour du souverain ainsi que son abdication au profit de son fils pour impulser le “renouveau” d’une monarchie discréditée, le lundi 2 juin 2014, aurait mis le feu aux poudres, dans un contexte déjà très tendu. Les deux vivaient dans des appartements séparés et ne communiquaient que par secrétaire interposés depuis les années 1970. Malgré toute cette zizanie, Sophie de Grèce n’a jamais souhaité le divorce, d’après Carmen Enríquez, interrogée par le média espagnol Look. “Ce qu’on m’a dit, c’est que des rumeurs selon lesquelles le roi voulait se séparer sont arrivées aux oreilles de la reine Sofía. Elle était très préoccupée de savoir quel statut elle aurait si cette séparation se produisait”, expliquait la journaliste le 28 octobre 2018. Et ce n’est pas tout : “Elle est toujours amoureuse de son mari, c’est pourquoi elle souffre tant lorsqu’elle découvre quelque chose sur les femmes avec lesquelles il a été impliqué”, poursuivait-elle. Des révélations pour le moins touchantes.

Article rédigé en collaboration avec l’agence 6Médias.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet