Le journaliste Hugo Clément, pleinement investi dans la protection environnementale et animale, a été une nouvelle fois victime de menaces et d’intimidations.

Les menaces, Hugo Clément commence hélas à en avoir l’habitude. Depuis qu’il milite pour l’environnement et la cause animale, l’ex chroniqueur de “Quotidien” est régulièrement confronté à quelques “amabilités” sur les réseaux sociaux. Vendredi 2 avril, le compagnon d’Alexandra Rosenfeld publiait sur son compte Instagram un exemple de lettre de menaces anonyme : “Arrête avec tes émissions à la con, surtout concernant le monde agricole, tu es vraiment un enc… de t’en prendre à nous comme ça. Nous, on a pas le choix, on crève à travailler 70 heures par semaine alors que toi tu fais tes 40 heures avec un bon salaire. Tu travailles sur le malheur des autres, et ça tu le payeras un jour crois moi et je l’espère.”, relayait-il.

Mais ce n’est pas malheureusement pas un cas isolé. Le journaliste a informé via ses réseaux sociaux ce samedi 14 août qu’il allait porter plainte contre Amaury de Faletans, secrétaire général de la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) de Haute-Garonne suite à des tweets de l’agriculteur de Cornebarriau appelant à “monter un commando” et à faire “couiner ce con”. Des commentaires consécutifs à la publication d’un cliché du journaliste en randonnée dans le Pays basque avec sa chérie.
Outré par le “sentiment d’impunité totale” de cet individu “pour écrire ces menaces avec un compte à son nom sur les réseaux sociaux“, Hugo Clément a préféré ne pas laisser passer ces virulentes menaces. Hugo Clément n’en est pas à sa première plainte, mais “c’est la première fois que c’est un personnage public qui me menace directement sur les réseaux sociaux”, a-t-il déploré dans un entretien à La Dépêche du Midi. De son côté, Amaury de Faletans a joué la carte de l’apaisement en prétextant qu’il ne maîtrisait pas les technologies des réseaux sociaux. “Ces messages, je pensais les envoyer à un ami en privé. On parle comme ça chez nous. Ça ne devait pas se retrouver sur le Twitter public…”, a-t-il argué, ajoutant qu’il n’avait “pas de volonté d’être méchant ou menaçant“.

https://www.instagram.com/p/CSjBimsIEqv/

Une publication partagée par Hugo Clément (@hugoclementk)

THL

Source: Lire L’Article Complet