Il était son “Mr. Wonderful” (“Monsieur Merveilleux”, en version française). De septembre 1995 à juillet 1997, Diana Spencer a entretenu une relation avec Hasnat Khan, chirurgien cardiothoracique britannique, d’origine pakistanaise. Elle était alors officiellement séparée du prince Charles depuis 1992. Retour sur une idylle passionnée mais impossible.

  • L’obsession inévitable de Diana Spencer pour Camilla Parker-Bowles
  • Le jour où le prince Charles lâche à la télévision ne pas être amoureux de Diana Spencer

Un coup de foudre à l’hôpital en 1995

En 1995, Diana a 34 ans, lui en a 36. Leur rencontre à lieu à l’hôpital Royal Brompton de Londres, le 27 août. “C’était un jour férié et elle venait rendre visite à un de mes patients”, relate Hasnat Khan lui-même au Daily Mail, début 2021. Diana accompagne son amie, l’acuponctrice Oonagh Shanley-Toffoloo, dont le marie Joseph vient de se faire opérer. Le chirurgien se rend naturellement auprès de l’épouse du malade pour lui donner des nouvelles de son patient. C’est à ce moment là que les deux futurs amants se rencontrent.

Selon Vanity Fair, la princesse est rapidement sous le charme du médecin, lançant à son amie après l’avoir aperçu pour la première fois : “N’est-il pas splendide ?”.

Diana rend visite visite au mari de son amie pendant trois semaines, croisant parfois le chirurgien avec qui elle se lie.”Quand vous pensez au genre d’hommes que Diana a dû rencontrer, en voici un complètement et totalement altruiste. Elle a dit qu’elle n’avait jamais rencontré personne comme lui”, a confié une amie de la défunte princesse de Galles au magazine, en 2013. 

N’est-il pas splendide ?

“Un jour, je suis sortie de l’hôpital et elle y entrait et elle m’a crié: ‘Où allez-vous ?'”, se rappelle Hasnat Khan auprès du Daily Mail. Deux semaines après leur première rencontre, Hasnat Khan l’emmène à Stratford-upon-Avon, au domicile de son oncle “pour récupérer des livres”. C’est leur première sortie officielle. 

Hasnat Khan, le “Monsieur Merveilleux” de Diana

Pendant deux ans, les amants vivent une romance à l’abri des regards. C’est au domicile de Diana, à Kensington Palace (aujourd’hui la résidence officielle du prince William et de Kate Middleton) que le couple se retrouve. Il arrive souvent caché dans la voiture du majordome de Diana, Paul Burrell, raconte l’experte royale Tina Brown dans son livre The Diana Chronicles. Lui ne vit pas très loin, dans le quartier de Kensington. Rapidement, la princesse le surnomme “Mr. Wonderful”, selon les témoignages de plusieurs de ses amis proches à la presse britannique. 

Pour lui laisser des messages à l’hôpital, Diana se fait passer pour le “Docteur Armani”

“Elle était très ordinaire à bien des égards, une personne normale avec une grande chaleur”, a confié au tabloïd britannique l’ancien compagnon de Diana, soulignant une “naturelle” empathie dont elle faisait preuve avec ses patients.”En fait, c’était tellement intuitif avec elle que j’ai commencé à l’appeler ‘la sorcière’ Elle a adoré ça”, confie-t-il. 

Pour cacher leur histoire, ils utilisent des stratagèmes. Dans la rue, ils se baladent rarement ensemble. Quand c’est le cas, Diana porte une perruque noire et de grosses lunettes, relate The Guardian. Pour lui laisser des messages à l’hôpital, Diana utilise même un faux nom, se fait passer pour le “Docteur Armani”. Le secret éclate à l’automne 1995.

Un mariage et une relation impossibles

Une nouvelle étape s’amorce dans leur relation en 1996. Pour la première fois, Diana accompagne Hasnat Khan voir sa famille, à Lahore, au Pakistan. À Londres, elle lui présente ses enfants, William et Harry. La même année, son divorce est prononcé. Elle ne veut alors qu’une seule chose : épouser Hasnat Khan. Il refuse. Malgré son retrait de la famille royale, Diana est toujours suivie par les paparazzi. Leur histoire aux yeux du monde est impensable pour le médecin, à moins de quitter Londres.

“Je lui ai dit que la seule façon de nous voir et d’avoir une vie vaguement normale ensemble serait d’aller au Pakistan, car la presse ne vous dérange pas là-bas”, confie-t-il à la police en 2004, interrogé lors de l’enquête sur la mort de la princesse, reprend le Daily Express. Il évoque aussi un mariage impossible : “Ma principale préoccupation à propos de notre mariage était que ma vie serait un enfer à cause de qui elle était. Je savais que je ne pourrais pas vivre une vie normale et si nous avions des enfants ensemble, je ne pourrais les emmener nul part (…) Émotionnellement, elle se sentait encore jeune. Elle voulait qu’un mari soit là pour elle (…)”

Elle voulait qu’un mari soit là pour elle.

Au quotidien aussi, leurs vies respectives étaient bien différentes. Hasnat Khan se remémore une de leurs sorties dans un pub : “Diana a demandé si elle pouvait commander les boissons parce qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant. Elle a vraiment apprécié l’expérience et a bavardé joyeusement avec le barman.”

Au pub, Diana a demandé si elle pouvait commander les boissons parce qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant.

“Elle lui a donné un ultimatum : se montrer aux yeux du public ou cela ne marchera pas”, rapporte la biographe Tina Brown. Ainsi, le couple se serait fréquenté pratiquement jusqu’au départ de Diana pour la France, en juillet 1997, avant que la princesse de Galles mette un terme à leur relation, en raison de la “non-progression” de leur histoire. “Même après deux ans, la relation ne conduisait pas à une progression ou à une conclusion significative et c’était une source de stress pour nous deux”, explique le chirurgien au Daily Mail.

Mais Diana ne part pas seule en vacances sur la French Riviera. Elle est accompagnée du richissime Dodi Al-Fayed, dont le père est propriétaire du Ritz, à Paris. En août, quelques jours avant sa mort dans un accident de voiture, les photos des paparazzi montrant la princesse sur le bateau de l’héritier à Saint-Tropez font le tour du monde.

La nuit de la mort de la princesse, le 31 août 1997, Hasnat Khan a encore tenté de la joindre, expliquera-t-il à la police en 2004. Sans jamais réussir.

Le chirurgien et dernier amour de Diana était présent à ses obsèques nationales, le 6 septembre. Discret dans les médias depuis la mort de son ancienne compagne, Hasnat Khan s’est marié en 2006 avec une aristocrate afghane avant de divorcer deux ans plus tard. 

La mort de Diana, une douleur intacte pour Hasnat Khan

Il faudra attendre 2008, onze ans après la mort de Diana, pour qu’Hasnat Khan accepte de parler à la presse britannique. Depuis le Pakistan, il explique au Telegraph : “Puisqu’elle n’est pas là, il serait très injuste de faire un commentaire à son sujet. Je lui suis fidèle non pas parce qu’elle était une célébrité, mais parce que je suis fidèle à tous mes amis.” Pourtant, sa détresse depuis la mort de Diana reste intacte : “Parfois j’ai envie de crier. Il y a eu de très mauvais moments. J’ai évolué mais ça revient sans cesse.”

À la sortie du film Diana en 2013, centré sur leur relation, avec Naomi Watts dans le rôle-titre et Naveen Andrews dans le rôle du médecin, Hasnat Khan est sorti de sa réserve pour exprimer son désaccord avec l’histoire montrée dans le réalisateur Oliver Hirschbiegel. Au Daily Mail, il révèle : “Il n’y avait pas de hiérarchie dans notre relation. Elle n’était pas une princesse et je n’étais pas médecin.” Selon lui, le film est “basé sur des potins et des amis de Diana parlant d’une relation qu’ils ne connaissaient pas beaucoup, et de certains de ses proches qui n’en savaient pas grand-chose non plus.

Il n’y avait pas de hiérarchie dans notre relation. Elle n’était pas une princesse et je n’étais pas médecin.

Selon lui, Diana a été manipulée par Martin Bashir de la BBC

“Elle m’a dit qu’elle avait accordé une interview. Elle ne m’a pas dit à qui, mais a dit qu’elle avait obtenu les bandes de l’enregistrement et les stockait dans un endroit sûr jusqu’à ce que la nouvelle soit annoncée”, a partagé l’ex-compagnon de Diana au Daily Mail, début janvier 2021.

L’interview en question fait toujours parler plus de 25 ans plus tard. Le 20 novembre 1995, l’interview de Diana à l’émission Panorama (BBC), regardée par 23 millions de Britanniques, créé un séisme au sein de la monarchie et dans tout le royaume. Elle y évoque la dépression et la boulimie dont elle a été victime pendant plusieurs années, liées à son mariage malheureux et à la liaison qu’entretenait son mari avec Camilla Parker-Bowles. “Quand personne ne vous écoute ou que vous sentez que personne ne vous écoute, toutes sortes de choses commencent à se produire”, lance-t-elle alors pour évoquer ses tentatives de suicide. 

Fin 2020, la BBC a ouvert une enquête indépendante. Le journaliste Martin Bashir est accusé d’avoir fourni à Diana des faux relevés bancaires, prouvant que la Firme employait deux personnes pour l’espionner. D’après Hasnat Khan, la princesse de Galles aurait bien été manipulée par le journaliste Martin Bashir, en charge de l’interview : “L’une de ses qualités les plus attrayantes était sa vulnérabilité. J’ai réalisé plus tard que Martin avait choisi ces vulnérabilités et les exploitait. Il était très persuasif avec Diana.” 

L’ancien compagnon de la princesse rejoint donc le camp de Charles Spencer, frère aîné de Diana, accusant lui aussi le journaliste de la BBC. Selon Hasnat Khan, c’est le prince William, alors tout juste adolescent, qui aurait finalement convaincu sa mère de rompre les liens avec Martin Bashir.

  • Le Prince Philip a écrit des lettres de soutien à Diana lorsque le prince Charles l’a quittée
  • Le jour où Elizabeth II s’inclina devant le cercueil de Diana

Source: Lire L’Article Complet